Josseline C.Féthière: Haïti, «un pays vierge maintenant ouvert aux affaires» (OFFICIEL)

725

Haïti, «un pays vierge maintenant ouvert aux affaires», a déclaré la ministre haïtienne du Commerce et de l’Industrie, Josseline Colimon Féthière lors du Premier «Forum d’affaires Québec-Haïti» qui s’est tenu les 7 et 8 octobre derniers à Montréal. Pour permettre à nos lecteurs de lier connaissance avec toute la gamme des incitatifs mise de l’avant par l’État haïtien, la rédaction de l’Agence de presse «Média Mosaïque» publie in extenso le discours de Mme Féthière.

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

Messieurs les Ministres,
Madame la Chargé d’Affaires d’Haïti,
Honorables Ambassadeurs,
Monsieur le Consul Général d’Haïti à Montréal,
Distingués Présidents et Représentants des Chambres et Associations des secteurs privés Québécois et Haïtiens,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Agences de coopération canadienne et des bailleurs de fonds  internationaux,
Monsieur le DG du Centre de Facilitation des Investissements (CFI),
Mesdames Messieurs les Organisateurs de ce Forum d’affaires,
Entrepreneurs Canadiens et Haïtiens,
Membres de la presse et Invités,
Compatriotes, Frères et Sœurs de la Diaspora haïtienne,
Mesdames Messieurs,

 

L’événement qui nous rassemble, aujourd’hui, arrive à point nommé, dans un contexte national dominé par le paradigme de la reconstruction et, traversé par une politique agressive d’incitation soutenue aux investissements et à la création d’emplois.

Ce tout 1er Forum d’affaires Québec-Haïti visant à articuler les différentes actions destinées à renforcer les structures d’accueil pour les investissements québécois et canadiens en Haïti, fait de nous tous, ici présent, les témoins et acteurs privilégiés d’un moment fort dans la coopération entre Haïti et le Canada. Après les manifestations de solidarité agissante, empreinte de générosité et de spontanéité, que le Canada a exprimé envers le peuple haïtien suite au séisme du 12 janvier 2010, nous voici tous ici, à l’initiative de l’organisation Incas Productions et ses partenaires, pour un Forum qui ouvre de nouvelles perspectives sur les échanges commerciaux, les investissements et la création d’emplois en vue d’accélérer la reconstruction et le développement économique durable d’Haïti.

Aux pionniers de cette initiative inédite nécessaire, particulièrement à  Incas Productions Inc. et ses partenaires tant Canadiens qu’Haïtiens,  ainsi qu’à tous les acteurs qui ont contribué à donner forme aujourd’hui à ce grand Rendez-vous d’Affaires, je tiens, au nom du Gouvernement Haïtien et, du Ministère du Commerce et de l’Industrie que j’ai l’insigne privilège de diriger, à adresser mes félicitations les plus vives et mes remerciements les plus chaleureux. 

Egalement, permettez-moi, au nom du peuple haïtien, d’étendre ma gratitude à tout le peuple canadien pour sa coopération toujours entreprenante, son sens élevé de la solidarité et surtout, pour cet accueil chaleureux qui nous a été réservé ici à Montréal.
 De tels constats, je me dois de vous l’affirmer tous, ne font que raffermir ma conviction dans l’avènement d’un nouveau modèle de coopération d’affaires entre le Canada et Haïti, capable, non seulement de générer des performances mutuellement bénéfiques pour les deux économies, mais en plus, d’accélérer le processus de la Reconstruction d’Haïti.

 

Messieurs les Ministres,
Honorables  Ambassadeurs,
Mesdames Messieurs les Organisateurs de ce Forum d’affaires,
Entrepreneurs Canadiens et Haïtiens,
Mesdames Messieurs,

 

En se dotant de tous les instruments institutionnels et économiques aptes à accélérer le rythme de croissance des investissements productifs, Haïti aujourd’hui abrite une société qui, chaque jour davantage, se modernise et se responsabilise dans son rôle envers ses membres et ses devoirs envers ses partenaires.

Dans cet esprit, le Gouvernement et le secteur privé haïtiens se sont donc concertés, dans un partenariat entreprenant, pour institutionnaliser toutes les facilités économiques  appropriées en vue de faire d’Haïti un terreau fertile pouvant accueillir et faire fructifier, dans les meilleures conditions, les investissements étrangers. 

Les choix sont clairs et je vous invite à le constater avec moi.  Haïti, en dépit des décombres qui l’ensevelissent aujourd’hui, est perçu comme une terre d’opportunités, un pays vierge, maintenant ouvert aux affaires (open for business) et admis sur la liste de tous les « bon choix » pour les investissements étrangers.  

Il faut le dire. Il y a encore quelques années, les politiques nationales en faveur des investissements étrangers étaient quelque peu mitigées. Entretemps, beaucoup de chemin a été parcouru et les mentalités ont évolué vers une plus grande prise en compte des besoins en termes d’implantation d’entreprises étrangères sur notre territoire.

Depuis 2006, le Gouvernement haïtien s’est attelé à assurer les conditions nécessaires pour rendre effectifs les avantages offerts par les deux (2) instruments de politique mise en place, en 2002, pour favoriser le développement de l’investissement privé , à savoir, le Code des Investissements et la Loi sur les Zones Franches. Permettez-moi donc de rappeler aux investisseurs, ici présents, que le Code des Investissements, tout en garantissant la liberté d’entreprise, la libre circulation des capitaux ainsi que le droit de propriété, accorde des incitations administratives, fiscales et douanières aux nouveaux investissements dans l’agriculture, le commerce, l’industrie, l’artisanat et le tourisme. Un régime spécial est également prévu pour des projets qui ne concernent pas ces secteurs, pourvu qu’ils présentent un intérêt particulier pour la croissance de l’économie nationale et la création d’emplois durables.

Pour sa part, la Loi sur les Zones Franches  établit un régime fiscal et douanier favorable à la réalisation d’investissements nationaux et étrangers, dans les secteurs d’exportation.

Au titre de ces lois, les investisseurs jouissent d’une exonération totale ou partielle de l’impôt sur le revenu pendant une période pouvant aller jusqu’à 15 ans. Ils sont exemptés des droits de douane sur les équipements d’exploitation et ne sont assujettis à aucune caution d’installation. De plus, ils sont libres de transférer à l’étranger, sans aucune sorte de restriction, intérêts, et dividendes, tout revenu gagné en Haïti.

Aussi, me faut –il mentionner qu’avec les avantages découlant  de la Loi Hope II/ HELP et les nouvelles perspectives créées par la Reconstruction, les requêtes pour de nouvelles installations industrielles, formulées tant par des entrepreneurs haïtiens qu’étrangers, se sont multipliées et pour y répondre,  le Parc Industriel Métropolitain de la SONAPI est en train de renforcer ses capacités d’accueil par la construction de seize (16) nouveaux bâtiments devant augmenter l’offre d’espaces industriels dans la zone métropolitaine. Dans le cadre de la décentralisation, Il me faut aussi mentionner la construction de parcs industriels en dehors de Port -au- Prince. Dans le Nord et le Nord-est, Les travaux de construction de nouveaux espaces pour les entreprises sont en cours de démarrage  avec un financement de la BID.

Dans cette nouvelle mouvance,  le Gouvernement a tout mis en œuvre pour simplifier et renforcer le dispositif institutionnel facilitant ainsi les formalités relatives à la création d’entreprises et aux investissements afin de relever le niveau d’attractivité du territoire haïtien, d’améliorer les conditions d’accueil pour les entreprises étrangères et de répondre au mieux aux besoins des investisseurs de tous horizons.

En ce sens, je me dois d’appeler votre attention sur l’importance d’un acteur institutionnel dont la mission se révèle capitale dans la réalisation de vos projets d’entreprises. Je veux parler du Centre de Facilitation des Investissements (CFI), opérationnel depuis 2007 et, qui aujourd’hui, dans un souci de mieux servir les milieux d’affaires, expérimente son Guichet Unique (One stop shop) appelé à neutraliser la complexité inutile des obstacles entravant le processus d’investissement, afin d’offrir encore plus de facilitation aux entrepreneurs désireux d’investir en Haïti. Plus spécifiquement, le CFI est là pour vous accompagner dans vos démarches d’implantation d’entreprises et, vous éviter les embarras inutiles qui compliquent les procédures relatives aux investissements.

Dans le même esprit, la  mise en activité du « Registre du Commerce en ligne du MCI » offre un raccourci intéressant à la création d’entreprises tout en contribuant à améliorer le score d’Haïti dans les indices internationaux de facilitation des investissements. Le délai, aujourd’hui, pour créer une entreprise en HAITI est passé de six (6) mois à six (6) semaines et dans ce registre, le Gouvernement continue à travailler en permanence pour réduire encore plus ce délai et s’ouvrir à beaucoup plus de facilitation aux  investissements.

Aussi, me faut-il mentionner la mise en place d’un Centre de formation continue des métiers du textile et de la confection vestimentaire (Haïti Apparel Center) dotant ainsi le secteur industriel d’un outil destiné à créer des bassins de main d’œuvre qualifiées afin de pouvoir faire face aux demandes pressantes formulées tant par les entrepreneurs haïtiens qu’étrangers. Dans le même sens, le Gouvernement est en train de négocier avec ses partenaires la possibilité d’augmenter cette offre de formation technique et de l’étendre parallèlement à la création des nouveaux espaces industriels en perspective afin de maximiser les bénéfices découlant de notre avantage comparatif et d’évoluer dans la formation des pôles de croissance, de production et de compétitivité nécessaires pour garantir à la population haïtienne un nouvel et meilleur avenir. 

Ces facilités accordées en termes d’allégement des formalités constitutives des entreprises et, du processus de réalisation des projets d’investissements, ainsi que ces dispositifs installés en vue de favoriser la création d’emplois, doivent contribuer à améliorer l’environnement global des affaires, et également, à attirer les investissements privés pour impulser la croissance nécessaire au décollage économique d’Haïti.

Dans ce cadre, je manquerais à mon devoir si je ne vous invite pas  à constater avec moi que, malgré les multiples calamités qui accablent aujourd’hui la Nation, l’engagement du peuple haïtien pour la paix, la sécurité, la justice, la démocratie, la création de richesses et l’investissement, n’a point failli. Cette tendance favorable aux affaires a sûrement convaincu certaines grandes compagnies, telles Walmart, Hanes, Levis, Fishman, Gap et Cintas, qui ont, après le séisme du 12 janvier, augmenter leur quota de commandes avec les entreprises installées en Haïti. Aussi, me faut-il signaler, ici, que plusieurs groupes d’entrepreneurs de tous horizons sont actuellement en prospection en Haïti et certains nous ont même déjà adressé des lettres d’intention comme, entre autres, celles des groupes Coréens Wilbes, Sae-Ha, et Hansoll qui doivent, non seulement  implanter des Ateliers de couture, mais aussi, des filatures et des teintureries afin de profiter des avantages du HOPE/HELP. Aussi, permettez moi donc, dans cette optique, de nourrir l’espoir que le Canada, comme les Etats-Unis, signera avec nous un Accord similaire, le Hope canadien  qui viendra élargir le cadre des avantages incitatifs aux investissements.

Nous le savons tous. L’énergie de toutes les forces vives du Pays est certes nécessaire pour relancer Haïti sur les voies de la compétitivité et de la croissance économique, mais il nous faut aussi compter sur la solidarité des amis d’Haïti, les partenariats d’entreprises et les investissements qui contribuent à mettre en valeur nos potentialités nationales tout en stimulant la reprise des activités économiques.

À cet effet, il nous faut toujours chercher que les Fora d’affaires, comme celui qu’il nous revient de lancer aujourd’hui, offrent une prospection enrichissante sur Haïti qui incite à la formation d’alliances stratégiques et de joint venture avec les entreprises haïtiennes. Qu’il soit le lieu idéal pour aménager des espaces communs de coopération, d’échanges commerciaux et d’investissements  et surtout, pour conclure des contrats de partenariats d’affaires entre investisseurs et entreprises, avec des engagements réels à venir profiter de nos facilités tout en bénéficiant de notre avantage comparatif dans les secteurs potentiellement créateurs d’emplois massifs et à forte valeur ajoutée.

Fort de ces grands desseins, le peuple haïtien, avec la même détermination qui a animé les héros de l’Indépendance, précurseurs de la liberté universelle, s’installe aujourd’hui à l’affut de toutes les bonnes opportunités d’affaires pour embrasser son ultime destin dans la croissance économique, le progrès et la dignité humaine. La pratique installée de la facilitation du commerce et des investissements, la mise en œuvre d’une stratégie nationale de compétitivité, le renforcement de notre offre d’espaces industriels en dehors de la Zone Métropolitaine, la perspective  d’installation des Zones Economiques Spéciales (ZES) intégrées ainsi que la modernisation du système financier Haïtien, favorable aujourd’hui à la création et au développement des PME constituent, entre autres, de fortes preuves qu’Haïti est maintenant un pays ouvert aux échanges commerciaux et prêts pour les investissements étrangers.  

 

Messieurs les Ministres,
Honorable Ambassadeurs,
Mesdames Messieurs les Organisateurs de ce Forum d’affaires,
Entrepreneurs Canadiens et Haïtiens,
Mesdames Messieurs,

 

Le moment haïtien est aujourd’hui exceptionnellement historique. La terrible catastrophe du 12 janvier et ses conséquences n’ont épargné personne. Donc personne ne peut s’opposer ni s’exempter du processus de la reconstruction de cette nouvelle Haïti. Aucun Haïtien, ni ami d’Haïti, ne peut se soustraire à ce grand devoir d’accomplissement citoyen. La volonté politique, à cet effet,  est, aujourd’hui, sans équivoque et le consensus de toutes les forces vives de la Nation y est absolu et total. Devant les fortes attentes du peuple haïtien, nous savons aujourd’hui que nous avons une obligation de résultats. Alors ensemble, entrepreneurs canadiens et haïtiens, bâtissons ce réseau d’affaires Haïtiano-québécois que nous sommes venus ériger ici. Faisons donc de ce 1er Forum d’affaires Québec-Haïti, de ces deux jours de réflexion autour de l’avenir de la reconstruction et du développement durable d’Haïti, un espace pour négocier des contrats, bâtir des alliances entre entreprises, construire des partenariats stratégiques entre Entrepreneurs et Entreprises, et prendre réellement des engagements concrets et réalistes pour ainsi réunir les conditions nécessaires à l’édification d’une communauté d’actions capable de forger au bénéfice de la population haïtienne, dans l’attente sous les tentes, un avenir plus conforme à ses aspirations.

Je formule donc le vœu  que ce Premier Forum d’Affaires Québec-Haïti soit le début d’une longue série qui, régulièrement, rappelle aux entrepreneurs canadiens que notre pays, Haïti, est une terre d’opportunités capable de rentabiliser leurs investissements,  qu’il débouche sur des accords et engagements concrets à venir investir en Haïti dans nos secteurs porteurs afin de nous aider à mettre définitivement le peuple haïtien au travail et Haïti, sur les chantiers de la reconstruction.

Bon succès au Forum
Que Dieu bénisse nos travaux!

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr R. Véus (La ministre haïtienne du Commerce et de l’Industrie MCI, Josseline Colimon Féthière, en train de s’adresser à l’assistance lors du du premier «Forum d’affaires Québec-Haïti» au Plaza Holiday Inn à Montréal)