Frunil: «de l’exotisme en bouteille»: On en parle dans «Les Affaires»

368

Le plus important journal économique du Québec s’intéresse aux «Aliments Frunil». Créée par le polyvalent Komlan Messie, il y a à peine un an, la nouvelle PME québécoise se démarque en trouvant une recette par le biais de laquelle, a fait remarquer «Les Affaires»,  elle «produit des boissons au goût dépaysant», d’où le titre «De l’exotisme en bouteille».

Ingrédients et clientèle visée

« Prenez du gingembre frais, de la fleur d’hibiscus et des agrumes. Confiez ces ingrédients à quatre entrepreneurs originaires d’autant de pays d’Afrique de l’Ouest. Vous obtiendrez Aliments Frunil», écrit Dominique Froment pour introduire son papier sur cette marque issue de la communauté africaine qui ambitionne plutôt de s’imposer sur toute l’étendue de la Province.

Justifiant sa stratégie, M.Messie, interrogé par Les Affaires, déclare: « il y a de 70 000 à 100 000 personnes d’origine africaine dans la région de Montréal. Elles forment une clientèle naturelle pour Aliments Frunil, mais que nous ne voulons pas viser exclusivement. Les Québécois ont la réputation d’aimer faire des découvertes en matière d’alimentation; nous serions bien mal avisés de les laisser de côté. »

 

La tendance du marché

Ingénieur de formation, mais également président du REPAF (Réseau des entrepreneurs et professionnels africains du Québec), Messie n’en disconvient pas: « les grandes épiceries nous intéressent, c’est sûr, mais nous sommes conscients que ce sera plus long… D’une part, des multinationales tiennent à leur position de monopole. D’autre part, les barrières à l’entrée sont importantes.»

Évoquant la tendance lourde du milieu, l’auteur de l’article a fait remarquer justement que «les magasins d’alimentation naturelle sont par essence ouverts à des produits comme ceux de Frunil. Mais ce n’est pas nécessairement le cas des grandes chaînes, dont la clientèle est plus réticente par rapport à l’expérimentation de produits exotiques.»

 

Les défis…

« Frunil est rentable, mais pas assez pour faire vivre quatre associés », a expliqué le président des «Aliments  Frunil», le Togolais d’origine, Komlan Messie, 40 ans, au journal qui a également révélé que «les partenaires se donnent trois ans pour se retrouver tous les quatre dans le même local. En attendant, ils cumulent leur statut d’entrepreneur avec un autre emploi à temps plein.»

Les trois autres associés de Messie :« Jean-Yves Ndiaye, du Sénégal, Hamed Dembélé, de la Côte d’Ivoire, travaillent dans l’agroalimentaire; et Sylvain Tomého, du Bénin, est gestionnaire en vérification interne et comptable en management agréé (CMA)», poursuit la publication qui se passe de présentation dans le milieu des affaires au Québec.

Le journal informe que, dans un futur rapproché, «les quatre entrepreneurs d’origine africaine projettent de développer une gamme de produits alimentaires d’inspiration africaine et tropicale». Komlan Messie précise à ce sujet que « si les choses se passent comme prévu, nous devrions lancer des mets préparés surgelés de tradition africaine, comme le riz au poulet ou le riz au poisson, dès l’an prochain ».

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut: une image réalisée à partir des logos officiels des «Aliments Frunil» et du journal «Les Affaires». En bas, lingénieur entrepreneur Komla Messie lors du Gala Vision et Inspiration du REPAF en 2009)