Haïti: l’opposition se coalise et réclame l’annulation du scrutin, le pouvoir isolé

868

La situation se détériore en Haïti. La journée électorale du dimanche 28 novembre a été qualifiée de «mascarade» par l’opposition qui, dans un rare geste d’unanimité, réclame, ni plus ni moins, l’annulation pure et simple du scrutin et l’organisation de nouvelles joutes.

En effet, une coalition spontanée de treize des dix-huit candidats à la présidence annonce officiellement le retrait de ceux-ci de la course et dénonce, dans  un communiqué rendu public cet après-midi, la «fraude massive qui est en train de se commettre dans tout le pays et dans tous les bureaux de scrutin.»

Lors d’une conférence à l’hôtel Caribe dans la capitale haïtienne, ces prétendants au fauteuil présidentiel déclarent disposer de documents susceptibles de prouver la responsabilité du pouvoir sortant dans ce complot fomenté, selon eux, pour favoriser l’élection du dauphin de René Préval, Jude Célestin.

Pourtant, à la mi-journée, le chef du Conseil électoral provisoire (CEP), Gayot Dorsainvil, accusé d’être à la solde du chef de l’État René Préval, maintenait le cap. Dorsainvil avait déclaré que les élections se déroulaient dans de bonnes conditions et laissait entendre que les prétendus cas de fraudes évoqués par l’opposition n’étaient que des cas isolés. 

En fin de journée, plusieurs stations de radio émettant à Port-au-Prince, captées à Montréal à l’Agence de presse MEDIAMOSAÏQUE, rapportent que des manifestations se déroulent dans la capitale et dans plusieurs autres villes de province pour demander, à l’instar de l’opposition, l’annulation de cette «mascarade électorale».

Aux cris de «Arrêtez Préval, jugez Préval, A bas CEP», ces manifs, les unes plus importantes que les autres, condamnent l’intention du pouvoir de vouloir imposer son choix au pays qui semble être fatigué de la gestion des affaires de l’État par le courant Lavalas au cours des vingt dernières années.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:  

 

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com (Notre photographe Hubert Molaire a suivi les trois candidats à la présidence d’Haïti, de gauche à droite, l’ex premier-ministre Jacques Édouard Alexis du MPH, la leader du RDNP, Mirelande Manigat et le chanteur Michel Martelly de la plateforme «Repons Peyzan», lors de leur passage récemment à Montréal)