LusoPresse fait un carton avec Pauletta à Montréal

1625

MONTRÉAL – La stratégie de faire venir Pedro Miguel Pauletta à Montréal pour commémorer les 15 ans du journal de la communauté portugaise LusoPresse s’est révélée un coup de maître. La star de soccer le plus prolifique de la sélection du Portugal a fait courir les foules le 16 novembre dernier dans la métropole.

 

Effet Pauletta

Au Château Princesse, Lusopresse a, en effet, fait salle comble dans l’Est de Montréal. On se bousculait à la porte pour serrer la main de ce jeune retraité qui a fait la gloire du Portugal à travers la planète, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaique invitée à cet événement.

Les inquiétudes et la modestie du patron de ce journal n’avaient pas leur raison d’être. Norberto Aguiar, lors de la conférence de presse annonçant l’arrivée de Pauletta, doutait que LusoPresse allait pouvoir réaliser aussi facilement le plus gros « party » de toute l’histoire dudit hebdomadaire.

 

Consécration pour LusoPresse

La communauté a embarqué dans ce grand projet initié par l’équipe de LusoPresse. Les hommes d’affaires, les professionnels de différents horizons, élus issus de la communauté dont Clémentina Santos, étaient aux premières loges.

Du nombre des invités spéciaux figuraient également le président de l’agglomération d’Anjou et membre du conseil exécutif de la chambre, Luis Miranda, des officiels dont le consul général du Portugal à Montréal, Dr Fernando de Brito. Bref, des convives, tirés aux quatre épingles, en quantité et en qualité, pour une soirée vraiment mémorable.

Enfin, rien à signaler comme fausse note. Sauf que la communication passerait mieux si toute la cérémonie ne s’était pas déroulée en portugais. Cela aurait permis aux non-Portugais présents de vivre la soirée dans la fusion la plus totale avec leurs amis de la communauté lusophone.

Ad multos annos LusoPresse!

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Cr LusoPresse ( En haut, ému le No 1 du journal LusoPresse, Norberto Aguiar, dans les bras de Pauletta. En bas, des clichés donnant une vue sur l’assistance le 16 novembre dernier au Château Princesse)