Au nouvel arrivant de faire du bénévolat un «outil de perfectionnement»(BÉNÉVOLAT)

185

Le bénévolat permet à la personne immigrante, surtout au nouvel arrivant, d’apprendre, de développer et de valider de nouvelles connaissances. Il augmente ses compétences relationnelles en décryptant les codes de la société québécoise.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il lui permet de  comprendre davantage le fonctionnement de la société québécoise. Cet outil lui offre aussi la possibilité d’enrichir son curriculum vitae en le rendant plus attractif aux yeux des employeurs qui se posent souvent la question de l’adaptabilité de la nouvelle recrue dans son nouvel environnement.

Pour une personne qui n’est pas née au Québec, n’y a pas fait des études et n’a jamais eu d’«expérience canadienne»,  le bénévolat devient plus que pertinent et constitue même un passage obligé.

La personne immigrante pourra toujours justifier la question de sa motivation devant l’employeur en lui rappelant l’esprit du bénévolat.

Le bénévolat élargit des réseaux de contacts et valide un certain nombre d’informations sur la réalité du marché du travail. Le bénévole peut ainsi approcher des professionnels qui n’hésiteront pas à le renseigner sur les défis du poste compte tenu de son engagement social.

Les professionnels apprécient la conscience sociale du bénévole et à leur tour lui viennent en aide par des conseils précieux et des références dans des entreprises qu’ils connaissent.

Pour certaines personnes qui veulent se réorienter, le bénévolat constitue aussi un moyen de valider leur intérêt pour la profession. Le contact avec la réalité du métier permet au bénévole de se faire une première idée de la profession.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

Les résultats du «bénévolat ciblé»: témoignages de Doudou Sow (FAITS VÉCUS)

Photo Cr Exiblog