Une Taïwanaise d’origine finaliste du «Prix Femmes d’affaires du Québec» 2009 (CONCOURS)

202

La presidente d’«Orchimédia», Chia-Yi Tung, est nominée parmi les 20 finalistes du «Prix Femmes d’affaires du Québec» pour l’année 2009. Les résultats de ce concours seront dévoilés le 20 octobre prochain, avions-nous appris à l’Agence de presse «Média Mosaique».


















Un trait d’union entre le Québec et l’Asie

Détentrice d’une maitrise en communication à l’UQÀM, Mme Tung, qui s’est installée au Québec en 1999, avait eu le bon flair de fonder une entreprise dont le mandat consiste à bâtir un pont commercial entre la Belle Province et le continent asiatique.

«Peu après mon arrivée, j’ai réalisé à quel point l’Asie, notamment la Chine, peut constituer un casse-tête pour les entreprises québécoises», avait-elle constaté dans une biographie de cette femme d’affaires reçue par courriel à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

La Québécoise d’origine taïwanaise, qui en plus de son impeccable français, parle et écrit couramment (anglais, mandarin, taïwanais),  confie avoir mis sur pied cette «agence de communication-marketing pour les accompagner dans le développement de leur stratégie de commercialisation et les aider à réussir sur ces marchés» qui nous sont éloignés tant par la langue que par la géographie.

Quid d’«Orchimédia»?

«Aujourd’hui Orchimédia est reconnue comme la référence en communication-marketing asiatique au Québec. De la planification stratégique aux placements médias, l’équipe s’assure d’offrir des services toujours conformes à l’image de marque de nos clients : branding, stratégie marketing, imprimé et Web, que ce soit en français, anglais, chinois ou japonais», lit-on dans ce texte qui poisitionne également «Orchimédia» dans ce secteur du milieu des affaires.

En termes de bons coups à l’actif de son entreprise, il est écrit, et nous citons, que «cette expertise unique a permis à Orchimédia de gagner la confiance d’entreprises aussi renommées que le Cirque du Soleil, la Banque nationale du Canada, Camoplast, le Conseil canadien de la fourrure et le MDEIE.»

«Je suis très fière de mettre mes qualifications au service des entreprises d’ici et de pouvoir ainsi contribuer à la prospérité du Québec» a témoigné Chia-Yi Tung, qui est, rappelons-le, le seul visage issu de la diversité à figurer parmi ces 20 femmes d’affaires en lice en vue de l’obtention du «Prix Femmes d’affaires du Québec» 2009.

Rappelons que le «Prix Femmes d’affaires du Québec» récompense depuis 2001 des Québécoises qui se démarquent par leur savoir-faire et leur savoir-être, leurs réalisations et leur rayonnement dans toutes les sphères de l’économie québécoise, voire même au plan national et international.