Un poids lourd abandonne le navire (FESTIVAL MUSIQUE HAÏTIENNE DE MONTRÉAL)

669

Connu pour sa fougue et son activisme dans le domaine du showbiz, le jeune entrepreneur Louis Bédard Josil a pris tout le monde par surprise en décidant de se retirer du staff qui coiffe la direction du Festival international de musique haïtienne de Montréal (FIMHM).

M.Josil, qui n’a pas pour autant renoncé au showbisness, a officiellement présenté sa lettre de démission au président directeur-général du FIMHM, Jean-Junior Rémy, alias Moschino. Une copie de ladite missive, datée du 30 septembre 2009, a été envoyée par courriel à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Une démission en pleine crise…

On sait que ce festival commençait à gagner en crédibilité, tant dans la communauté haïtienne que dans la société d’accueil. Cet événement (seulement en l’espace de quelques années) arrive à se hisser au même rang que celui des Latinos ou des Jamaïcains, avec lesquels il forme d’ailleurs le trio le plus important de «festivals ethniques» de la métropole. Sauf que, à l’instar des deux autres,  le FIMHM a encaissé un dur coup lors de la tenue de sa version 2009 au parc Jean-Drapeau.

Les responsables du FIMHM doivent, en effet, plusieurs milliers de dollars à l’administration du parc (une entité parapublique de la ville de Montréal) qui menace de ne plus les accueillir cet été 2010 sur le site. Un conflit via médias interposés, dont l’Agence de presse «Média Mosaïque», demeure encore pendant entre le responsable des «Week-ends du Monde», le conseiller municipal Marcel Tremblay, et les dirigeants de ce festival haïtien.

«Rupture» avec le staff du FIMHM?

Père de plusieurs enfants, disposant de plusieurs cordes à son arc (promoteur, gérant d’artiste, chauffeur de taxi, propriétaire de salon de coiffure), M.Josil a préféré évoquer officiellement «des raisons d’ordre familial» pour abandonner le navire à l’orée du cinquième anniversaire du FIMHM.

«C’est donc avec regret que je vous remets ma démission en tant que directeur des ventes et membre fondateur du FIMHM, et ce, pour des raisons d’ordre familial», écrit Louis Bédard Josil à son collègue Jean-Junior Rémy, alias Moschino.

Pour tenter d’éviter toute interprétation douteuse, Louis Bédard Josil a pris soin de ne pas parler de «rupture» avec le staff qui est constitué, selon lui, de «personnes extraordinaires, dont plusieurs sont devenues de bons amis. »

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

Moschino refuse la démission de Bédard (FESTIVAL MUSIQUE HAITIENNE DE MONTRÉAL)


Images d’archives/Cr. LeGroov.com (La famille Josil: Louis Bédard Josil pose en compagnie de sa femme. Au centre, leur fille -artiste en herbe- Bélinda)