Un sit-in à Montréal pour réclamer « un printemps libanais »

866

MONTRÉAL – À l’instar des Tunisiens, des Égyptiens, voire des Québécois, qui ont donné leur signification  au mot « printemps », en l’associant aux termes « changement », « réforme », « révolte » , des Libanais de Montréal saisissent également le momentum pour canaliser ce vent de liberté vers leur pays d’origine.

En effet, des Libano-Montréalais ont organisé un sit-in tenu le 23 juin dernier devant les locaux du Consulat général du Liban à Montréal. À l’initiative d’un mouvement baptisé « Troisième voix », cet attroupement se voulait « un rassemblement sous un seul drapeau, un seul cri, un rassemblement populaire et pacifique intitulé « pour la paix au Liban » », affirment les organisateurs.

« Non à la guerre des autres au Liban. Oui au respect des droits des citoyens. La paix civile est une responsabilité collective », soutiennent les protestataires par la voix de Micheline Barbar, d’Elissar Toufaily, de Carole Khnaisser et de Marlene Khnaisser Berbari, tous membres du comité organisateur.

Dans un article, résumant la philosophie et les objectifs du groupe, signé de Nada Raphaël, reçu à l’Agence de presse Médiamosaïque, cette dernière précise que « la troisième voix est un appel à ne pas prendre les armes pour de fausses causes, à ne pas être partisan, à éviter les conflits fabriqués où l’unique victime est le peuple ».

« La Troisième Voix pour le Liban » a été créée il y a moins d’un an et oeuvre pour un meilleur futur pour le Liban à travers des actions sociales, économiques, culturelles et environnementales », avions-nous appris de même source.

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Cr Nada Raphaël ( Des Montréalais d’origine libanaise lors du sit-in de Troisième Voix le samedi 23 juin dernier dans les parages du Consulat général du Liban à Montréal)