Première triomphale à Montréal pour l’humoriste français Patrick Timsit (REPORTAGE)

222

En France, son nom évoque le talent et la réussite. À Montréal, en foulant les planches du Théâtre du Nouveau Monde les 17 et 18 juillet derniers, Patrick Timsit, le célèbre comédien et humoriste français, flirtait pour la première fois avec le public québécois… Peut-être en vue de construire une histoire d’amour durable?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rencontre entre l’artiste et son public montréalais ne devait pourtant pas avoir lieu cet été. A l’origine, «L’homme seul debout», le nouveau spectacle de Patrick Timsit, était programmé pour deux jours seulement en France. «Cela fait maintenant deux ans que je le joue» nous dit-il fièrement lors d’un entretien accordé à l’Agence de presse «Média Mosaïque».   

Entre mise en scène et mis à nu

Hasard du calendrier, quelques jours avant sa première apparition au Québec, le simplet et attachant personnage de «La Crise» fêtait son anniversaire dans la ville de Montréal. Content de monter sur scène au lendemain de ses 50 ans, Patrick Timsit nous avoue qu’il «aime jouer les jours de noël, de l’an ou de son anniversaire.» ; «cela permet une relation de plus grande proximité avec le public» ajoute t-il.

Lever de rideau, le «one man show» débute par de courtes révélations : « Je tiens à vous dire qu’un traducteur  m’accompagne tout au long du spectacle», convie l’acteur peu familiarisé aux expressions franco-québécoises ; avant d’ouvrir, sans jamais sombrer dans l’excès, quelques tiroirs de son jardin secret.

Des mots aigres-doux pour des maux corrosifs

Les préliminaires terminés, l’acteur caméléon troque sa baguette de magicien contre un revolver de phrases moqueuses et acérées.

Armé d’une écriture subtile et d’un jeu de scène ultra-tonique, l’artiste tire à bout portant sur un auditoire friand d’humour francophone. Toucher-couler : la salle vibre, les fous rires s’intensifient, la mayonnaise Timsit semble avoir pris.    

Divertir, le réalisateur de Quasimodo d’El Paris en a fait un métier. Dénoncer la tragédie humaine, l’artiste à la plume aiguisée en a fait son dada. Véritable pamphlétiste burlesque, il critique sans concession une société qui souffre de la prolifération d’armes de destruction massive : l’intégrisme religieux, les écarts de richesse, l’antisémitisme et le racisme.      

Baisser de rideau: la salle se lève, les bravos se multiplient, le temps d’un «one-night stand» endiablé, le «One Man stand-up» a conquis le cœur des Québécois.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM Articles reliés

  1. Trois élus pour représenter les Français du Canada
  2. L’«Apéritif à la française» séduit une fois de plus les Québécois
  3. Sexe: les Québécoises plus «cochonnes» que les Françaises
  4. Zidane enfreint le protocole pour parler à «Média Mosaïque» (EXCLUSIF)
  5. «Pèlerinage» d’un journaliste de «France 24» au Québec (VOYAGES)
  6. Après Haïti PPDA s’intéresse au Québec
  7. Reconnaissance mutuelle entre les architectes de France et du Québec
  8. Objectifs d’affluence atteints au Festival de Mode et Design (REPORTAGE)
  9. Déprime en France: un journal invite les Français mal pris à s’expatrier au Québec
  10. Obama investi, Miss France 2009 en pleurs
  11. Le français exécrable de Shabba sur RFI fait jaser en Haïti