Des défis persistent pour les Noirs au Canada

722
Plusieurs centaines d’Afro-Québécois lors d’un événement réunissant la communauté haïtienne de Montréal. Cr Médiamosaïque Hubert Molaire

OTTAWA (MÉDIAMOSAÏQUE) – Bien que la population noire du Canada soit jeune, diversifiée et en croissance, elle demeure confrontée à d’importants défis selon un portrait socioéconomique que Statistique Canada publie mardi.

Deux constats émergent : les adultes noirs sont moins susceptibles d’avoir un emploi que le reste de la population adulte, et les jeunes Noirs ont un niveau de scolarité généralement inférieur à celui des autres jeunes Canadiens.

L’enquête démontre que les importants écarts entre les Noirs et le reste de la population adulte au chapitre de l’emploi et de la rémunération se sont accrus au fil du temps, malgré la hausse du niveau de scolarité des Noirs.

Par exemple, de 2001 à 2016, le taux d’emploi des femmes noires de 25 à 59 ans est demeuré à 71 %, alors que chez les autres femmes du même groupe d’âge, il est passé de 72 % à 75 %.

L’écart au chapitre des salaires annuels médians s’est accru entre les Noirs et le reste de la population en âge de travailler, surtout parce que les salaires des Noirs n’ont pas augmenté aussi rapidement que ceux des autres travailleurs.

Chez les jeunes, l’observation d’une cohorte de 2006 à 2016 a révélé que les Noirs étaient aussi susceptibles que les autres jeunes Canadiens d’obtenir un diplôme d’études secondaires (DES), mais qu’ils étaient moins susceptibles d’obtenir un grade d’études postsecondaires, en particulier les hommes.

Par exemple, parmi les garçons noirs âgés de 13 à 17 ans en 2006, 51 % avaient obtenu un grade d’études postsecondaires 10 ans plus tard, alors qu’ils avaient entre 23 et 27 ans. Cela se compare à 62 % des autres garçons du même groupe d’âge.

En revanche, les écarts étaient moins prononcés chez les filles.

Malgré les difficultés auxquelles se heurtent les Noirs sur le marché du travail, Statistique Canada a constaté qu’ils affichaient des niveaux de résilience et d’optimisme considérablement plus élevés pour un certain nombre d’indicateurs comparativement au reste de la population canadienne.

Par exemple, 65 % des Noirs âgés de 15 ans et plus estimaient qu’ils tiraient toujours des leçons de leurs expériences difficiles, comparativement à 48 % du reste de la population. De plus, les perceptions des Noirs à l’égard de leurs perspectives d’avenir étaient plus positives, sans égard au statut d’immigrant.

En 2016, près de 1,2 million de Noirs vivaient au Canada et plus de quatre sur 10 étaient nés au pays.

Médiamosaïque avec Presse Canadienne