Mythe ou croyance populaire: l’écorce de «bois-bandé»?

255

Le «Muira Puama», un puissant va­sodilatateur. L’extrait d’écorce et de racines de l’arbre du bois bandé contient de nombreux composés chimiques ayant certaines proprié­tés pouvant stimuler le système ner­veux central, l’appétit et aussi des propriétés aphrodisiasques.

Parmi les composants actifs, on re­trouve des stérols, un alcaloïde «la muirapuamine», le lupérol, l’acide béhénique, plusieurs huiles es­sentielles, des tanins, des résines, des saponines, des flavones et du sélénium. Le bois bandé contient beaucoup d’oligo-éléments, des sels minéraux, des acides aminés donc c’est un supplément très riche en nu­triments d’où son intérêt.

Il semble qu’on l’utilise pour ses propriétés tonifiantes du système neuro-musculaire, sexuel et comme tonique digestive favorisant l’appé­tit. IL EST TRÈS IMPORTANT DE NOTER que l’usage inconsidéré et à forte dose de ce complément alimen­taire peut causer des hémorragies gastro-intestinales et une congestion des organes génitaux exagérée.

Le Muira Puama ou Ptychopetalum olacoïde ou Ptychopetalum uncina­tum Ansel, dérive de la famille des oléacées (oleaceae). La famille des oléacées etant une famille de plantes dites dicotylédones ( car présentent une plantule à deux cotylédones) et qui comprend plus de 900 espèces. Ce sont généralement des arbres ou des arbustes à feuilles entières oppo­sées. On peut citer quelques espèces connues comme le frêne, le jasmin, les lilas et bien sûr l’olivier…

Le «Muira Puama» est originaire des régions tropicales et tempérées , de l’Amazonie brésilienne, de l’Asie du Sud-Est et des forêts Antillaises. C’est un arbre qui peut atteindre plusieurs mètres et dont on utilise l’écorce de l’arbre ou de la racine.

Le synonyme créole du Muira Pua­ma est : bois bandé qui est en fait une appellation guyanaise, Ce mot, en langue Wayapi (Guyane) est le WILAPILÂTÂ. Si on décompose ce mot en trois parties, cela donne :

Wila qui signifie arbre

Pilâ qui signifie tendre ( soit un bois assez tendre pour tendre ou bander un arc)

Âtâ qui signifie dur.

Si on reprend l’ensemble de la tra­duction de chacune de ces syllabes, nous obtenons :«Arbre pour bander durement»!

Mythe ou croyance populaire?

 

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Le Carrefour des opinions (En haut: Images d’un paquet de «bois-bandé», tandis qu’en bas, le pharmacien québécois Claude Abel Arslanian, auteur de l’article)