Manif: Test réussi pour la « diversité religieuse » contre la Charte

149

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Épreuve de force jusque-là réussie pour la diversité religieuse. les contestataires étaient nombreux à battre le pavé samedi à Montréal pour dire NON à la « Charte des valeurs québécoises ». Un document par le biais duquel Québec envisage d’interdire le port des signes religieux notamment dans la fonction publique.

De la grande foule

Le décor était déjà planté dès les premières minutes de cet événement qui avait débuté par un grand rassemblement au parc Émilie-Gamelin. Initiée par le « Collectif québécois contre l’islamophobie », la manif a réussi le pari de rassembler différentes factions de la diversité québécoise.

Environ 6 000 personnes avaient confirmé leur présence dans l’invitation qui avait été lancée sur Facebook par ledit Collectif, signe qui démontrait que beaucoup de gens étaient prédisposés à gagner les rues pour dénoncer les rigueurs de la charte qualifiée de « discriminatoire » par les initiateurs.

Qui y était?

De nombreuses familles musulmanes (accompagnées d’enfants voilés ou pas), des groupes de Sikhs, des Latinos, des Afro-québécois, des membres des Première nations, mais aussi des Québécois dits de souche (hostiles à la Charte), ont répondu positivement à cette convocation.

Des Juifs y étaient également, mais en nombre réduit. L’organisation juive « Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CERJI-Québec) » avait décliné cette invitation, évoquant le fait que la date choisie ne tienne pas compte du Yom Kippour, le jour le plus sacré du calendrier juif.

Quid des slogans?

«M. Drainville on réclame des excuses» pour votre «Charte de la honte», avait martelé l’organisateur de la marche Adil Charkaoui. Tout au cours de la manif, on pouvait également entendre des slogans comme «Non, non à la charte» ou «Marois, ta charte, on n’en veut pas».

Sur une banderole brandie fièrement par une manifestante, on pouvait également lire: «je ne devrais pas être obligée de choisir entre ma carrière et ma religion», cependant, d’autres voix scandaient des propos, on ne peut plus sévères à l’endroit du Parti québécois, tels que «valeurs péquistes, valeurs racistes».

À noter que cet événement s’est déroulé sans le moindre incident. Une victoire pour les organisateurs qui pensaient que le rappel répétitif par les médias du passé récent d’Adil Charkaoui (accusé, détenu pour terrorisme par les forces de sécurité canadiennes, mais blanchi par la justice ) pouvait nuire au plein succès de la manifestation.

La Rédaction de Médiamosaïque vous recommande

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

{jcomments off}