Un premier immortel venu d’Haïti et du Québec à l’Académie française

322

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Le Québec et Haïti jubilent après l’annonce de l’élection de Dany Laferrière à l’Académie française. Signe de l’appui dont il disposait au sein de la vénérable institution fondée en 1635 par Richelieu, le nouvel immortel a été élu dès le premier tour grâce à une majorité de 13 voix sur 23, avions-nous appris.

Le lauréat du TOP 20 de la Diversité de l’année 2012 vit sur un nuage actuellement à Port-au-Prince où il est de passage. Laferrière a livré une meilleure performance que Voltaire, Victor Hugo, Zola, qui ont du essuyer plusieurs refus avant d’être admis dans la prestigieuse institution.

À 60 ans, Dany Laferrière devient le plus jeune membre à siéger sous la coupole. Il occupera le fauteuil numéro deux, autrefois dévolu à Montesquieu et, plus tard, à Alexandre Dumas fils, lui-même d’origine antillaise, et laissé vacant par Hector Bianciotti.

D’Haïti au Canada en passant par le Québec, les plus hautes autorités ont vite réagi avec enthousiasme à la nouvelle. «C’est avec beaucoup de joie et de fierté que je salue l’élection de Dany Laferriere à l’Académie Française!», a commenté via Twitter le président haïtien Michel Martelly.

Enthousiasme partagé dans un gazouillis signé Stephen Harper qui a dit, lui aussi, «Félicitations à l’écrivain canadien Dany Laferrière pour son élection à la prestigieuse Académie française».

Le Québec où vit l’écrivain n’est pas en reste. « L’œuvre de M. Laferrière fait honneur à la langue française », a déclaré Pauline Marois dans un communiqué. La première ministre du Québec est persuadée que Dany « saura apporter à l’Académie française une contribution exceptionnelle et y faire entendre une voix originale. »

Son ami, ministre de la Culture du Québec et lauréat de la première cohorte du TOP 20 de la diversité, Maka Kotto, se réjouit, a-t-il dit, de cette « grande nouvelle pour la culture québécoise ». Il y voit « un mélange de fierté, d’admiration et de reconnaissance ».

De l’avis de Maka Kotto, « c’est la littérature québécoise et la littérature haïtienne qui entrent avec [Dany Laferrière] à l’Académie française ».

Les immortels Alain Decaux, Amin Maalouf, Philippe Beaussant et Jean-Luc Marion en 2012. Les membres de l’Académie française Alain Decaux, Amin Maalouf, Philippe Beaussant et Jean-Luc Marion en 2012. Photo :  AFP/FRANCOIS GUILLOT