Vers un «René Doc» en Haïti après les régimes de «Papa Doc» et de «Bébé Doc»?

613

René Préval est soupçonné de vouloir passer l’écharpe présidentielle à son «beau-fils» Jude Célestin. «Incapable de garder le pouvoir au-delà de son deuxième et dernier mandat, le président haïtien joue son va-tout pour passer le maillet à nul autre que son gendre, Jude Célestin», le candidat de l’INITÉ (plateforme présidentielle), a accusé le politologue haïtien bien connu, vivant aux USA, Dr Sauveur Pierre Étienne.

 

Préval, le nouveau «Papa Doc» haïtien?

Si les prédictions de René Préval se matérialisent, via le Conseil électoral provisioire (CEP) dont il manipule à son gré les commandes, Haïti vivra bientôt sous la gouverne d’un «René Doc», a averti M.Étienne, faisant ainsi allusion au feu dictateur, Dr. François Duvalier, qui avait eu le génie d’imposer au pays les règnes successifs de «Papa Doc (1957-1971)» et de «Bébé Doc (1971-1986)».

«À l’instar de Duvalier père, qui savait que les Haïtiens allaient difficilement accepter une femme à la tête du pays (Jean-Claude devenait président à seulement 19 ans alors que les autres filles de Duvalier étaient plus âgées), René Préval, craignant de désigner sa fille, se sert plutôt du mari ou du concubin de celle-ci pour se succéder au pouvoir à travers des élections manipulées», a poursuivi M.Étienne, dont les propos sont rapportés par l’Agence de presse «Média Mosaïque». Ce dernier intervenait le samedi 9 octobre dernier à l’émission Samedi Midi Inter (CKUT) à Montréal.

 

Garder le pouvoir dans sa famille biologique et politique

Tout en demeurant convaincu que Préval va mettre tout son poids dans la balance pour garder le pouvoir dans le giron de sa famille biologique et politique, Sauveur Pierre Étienne, qui a fait son doctorat en science politique à l’Université de Montréal et bouclé ses études post-doctorales à Paris avant de jeter l’ancre aux USA, souhaite ironiquement «bonne chance» à la candidate du RDNP, Mirlande Manigat, actuellement en tête dans les intentions de vote.

Sauveur Pierre Étienne a parallèlement laissé entendre que l’ex-premier ministre Jacques Édouard Alexis ne doit, non plus, se leurrer. «Préval sait qu’en cas d’une victoire d’Alexis il sera emprisonné ou forcé de s’exiler. Alexis sait lui aussi très bien qu’il sera mis en prison ou contraint à l’exil au cas où Jude Célestin remporterait les élections», a pronostiqué le politologue qui pense qu’Haïti mérite mieux.

Par ailleurs, Dr.Étienne, qui conserve seulement son statut de membre au sein de l’OPL (Opposition), s’est désolidarisé du ministre actuel de la Justice, Paul Denis, qui a annoncé récemment, à la surprise de plus d’un, la victoire certaine de Jude Célestin le 28 novembre prochain. «On reste encore amis, même si politiquement on est en total désaccord», a-t-il plus loin nuancé en ce qui a trait à M.Denis, un transfuge de l’OPL, qui a rejoint depuis quelque temps le clan présidentiel.

 

«L’opposition va pleurer après le 28 novembre»

En Haïti, contrairement à ce qui pourrait se produire en Occident, «le camp du pouvoir en place perd rarement les élections vu sa mainmise sur la machine électorale. Ceci est tellement vrai que les prétendants se bousculaient au portillon pour obtenir l’onction d’un président totalement affaibli, dépourvu de la moindre assise populaire, incapable de regarder la population dans les yeux, faute de bilan après 10 années de pouvoir», a-t-il commenté. 

Les données pourraient radicalement changer si toute l’opposition se ralliait derrière un candidat en faveur duquel un vote massif de la population, fatiguée du statu quo, serait difficilement manipulable. Tel a été le voeu de Sauveur Pierre Étienne qui croit que «l’opposition va pleurer après le 28 novembre». Il regrette la répétition de l’erreur de 2006 et n’arrive pas à comprendre pourquoi l’opportunité qu’offre la nouvelle échéance de 2010 n’ait pas eu préséance sur l’égo surdimensionné des opposants.

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:  

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Google (René Préval, revêtu de son écharpe présidentielle, en train de prêter serment comme président. À droite, son gendre ou le concubin de sa fille, Jude Célestin; image tirée de la photo officielle de sa campagne présidentielle)