Vers un gala en octobre pour souligner les réalisations de Table Montréal-Afrique

593

Cet événement servira, d’abord et avant tout, à mettre l’accent à Montréal sur l’utilité d’une école de formation, de renforcement des capacités en éducation de la petite enfance, en éducation spécialisée et en santé qui sera bientôt lancée au Cameroun, a précisé la présidente de l’organisme à but non lucratif, Table Montréal-Afrique (TMA).

 

Un projet canado-camerounais

Le processus initié en vue de la création de ce centre de formation, dont le diplôme sera reconnu par les ministères de l’Éducation et de la Formation professionnelle du Cameroun, a été conçu par TMA de concert avec des experts québécois et canadiens, en partenariat notamment avec le Cégep Marie-Victorin.

D’ailleurs, tout récemment une équipe de Table Montréal-Afrique était en mission au Cameroun en compagnie d’un spécialiste dudit cégep pour valider la formation qui sera donnée sur place, a révélé la no un de Table Montréal-Afrique, Princesse Juliette Biakeu.

Objectif de cette mission : « nous voulons que la formation soit adaptée à la réalité africaine et à celle du Cameroun en particulier. C’est pour cette raison que le gouvernement du Cameroun, (via le ministère de la Santé, celui des Affaires sociales, de l’Éducation, de même que le ministère de la Formation professionnelle qui est le partenaire principal de TMA), accorde beaucoup d’importance à ce projet», a déclaré Mme Biakeu.

 

Mission de TMA en Guinée-Conakry

Cette ONG (Table Montréal-Afrique), qui privilégie la coopération économique et le développement, le transfert de technologies, l’éducation de base, la santé primaire, dans son champ d’expertise, tient également à informer le public de son intervention cette année en Guinée-Conakry. 

Princesse Juliette Biakeu a fait part de sa satisfaction suite à la tenue d’une semaine de formation en  ateliers  qui s’est déroulée dans ce pays d’Afrique à l’initiative de son organisme fondé en 2003 dans la métropole québécoise.

Cette formation portait sur l’éducation de la femme, a-t-elle fait savoir. Pourquoi un tel choix de thématique? Sur place, en Guinée-Conakry,  «il existe encore de nombreuses familles qui refusent d’envoyer leurs enfants à l’école», a répondu la Lavalloise d’origine camerounaise en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Suivi du Sommet des maires africains de Laval

Parlant du suivi de ce forum, qui avait réuni en été 2008 à l’hôtel Sheraton de Laval près d’une cinquantaine de maires africains à Laval, Mme Biakeu tient à préciser que ces assises ont permis un renforcement de la coopération entre la ville de Laval et le continent africain.

La présidente rappelle qu’en octobre 2009, une mission de Table Montréal-Afrique a justement séjourné en Afrique en compagnie d’un conseiller municipal de Laval dans le but de lancer des initiatives conjointes, notamment avec le Cameroun.

Un partenariat portant sur des échanges culturels entre Laval et TMA a facilité récemment le lancement  d’un concours international de dessin au Cameroun auquel ont participé des enfants de Laval et du Cameroun avec la contribution de la Fondation de la maison des arts de Laval.

Enfin, concernant la promesse du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, qui avait publiquement annoncé à ses homologues africains, sa décision d’effectuer une visite en Afrique, Mme Biakeu informe que l’édile de Laval tient encore une fois à sa parole. Elle soutient que les pourparlers sont toujours en cours entre la mairie lavalloise et l’équipe de Table Montréal-Afrique pour aboutir à la concrétisation d’un tel engagement de la part de Vaillancourt qui a été l’hôte de ce sommet des maires africains en 2008.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut, Princesse Juliette Biakeu, entourée de deux responsables municipaux de Laval, dont Jean-Jacques Lapierre, à gauche.  En bas, les maires africains reçus en 2008 au conseil de ville de Laval par le maire Gilles Vaillancourt, au centre)