Vers la « discrimination positive » à Radio-Canada pour augmenter la diversité

943

Admettant que la présence de « la diversité est  insuffisante à l’antenne de Radio-Canada», des responsables du diffuseur public canadien annoncent désormais la mise en application du principe de la « discrimination positive ».

« Elle (la diversité) est insuffisante pour des questions sur lesquelles je ne vais pas revenir parce que ça appartient à l’histoire. Moi je suis là aujourd’hui pour aider à ce que cette diversité soit plus présente », a assuré le directeur général de la radio de Radio-Canada, Patrick Beauduin.

M.Beauduin, qui fut un cadre très respecté chez Cossette avant d’accepter l’offre de Radio-Canada, dit reconnaître que l’on vit « définitivement dans une société qui est très craintive par rapport à la diversité au niveau du son, au niveau des contenus ».

Patrick Beauduin et Hélène Parent se sont ainsi exprimés alors qu’ils intervenaient le 22 juin dernier dans le cadre des « Assises de la Diversité » convoquées par l’Agence de presse Médiamosaïque et Radio-Canada en prélude au grand Gala des « Lys de la Diversité du Québec » prévu pour le 4 avril 2012.

 

Il suffit de « caster » cette diversité

Pour Patrick Beauduin, il n’y a pas de pénurie, car, a-t-il soutenu, « cette diversité existe parce qu’il y a des gens qui ont exercé cette profession dans leur pays d’origine qui sont là ». Le hic, a-t-il toutefois nuancé, c’est « qu’on a du mal à les voir, à les rencontrer, à les caster en bon franglais ».

Et pour y arriver, le nouveau DG de la radio de Radio-Canada annonce « qu’on va adopter une politique positive de discrimination pour aller chercher ces talents-là, les tester, les avoir à l’antenne, que ce soit au départ comme chroniqueurs, etc. »


Une diversité qui rime avec l’excellence

Paraphrasant Patrick Beauduin, la directrice de Radio Canada International a également soutenu qu’une forme de discrimination positive non-officielle est actuellement de mise au service de l’information à Radio-Canada. Hélène Parent a toutefois précisé que cette nouvelle façon de faire « n’est pas de la vraie discrimination positive ».

Car, a-t-elle pris le soin de préciser, « ce n’est pas parce que quelqu’un est de couleur différente, ce n’est pas parce qu’il a un accent différent, qu’il faut l’engager. On continue à Radio-Canada à miser sur l’excellence et la performance et les gens des communautés culturelles qui sont engagés à Radio-Canada c’est pour leurs compétences et leurs grandes qualités ».

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

MEDIAMOSAÏQUE: En profondeur:

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com#Cr Google (Une vue partielle de la tour de Radio-Canada à Montréal sur la rue René Lévesque)