USA, 1er producteur de porno en ligne au monde

7

Alors que Condoleezza Rice qualifie l’île Caraïbe de «destination de tourisme sexuel», elle oublie que son pays avec «son réseau de pornographie sur Internet est la destination sexuelle la plus importante au monde», critique le journaliste québécois Jean-Guy Allard.

 

«Rice joue les vierges offensées…»

Selon Allard, «Condoleezza Rice joue les vierges offensées en collant aux pays qu’il lui convient de stigmatiser l’étiquette infamante de destination sexuelle». Propos qu’il a tenus dans un article publié sur le site du Belge Michel Collon reçu à la rédaction de l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Il estime à 15 milliards de dollars les gains tirés de «la production nord-américaine de pornographie -en ligne- qui inonde la planète». Il s’agit, selon lui, «des niveaux record de revenus, parallèlement au commerce intérieur du sexe».

Jean-Guy Allard écrit qu’«un rapport publié par le Science Medicine Journal le 19 juin 2007, fixait à quelque 13 milliards 620 millions les revenus de l’industrie pornographique nord-américaine pour 2006». Les projections avançaient le chiffre de 17 milliards pour 2007.

«Selon le très sérieux site web de statistiques Top Ten Reviews, le pays de Condoleezza Rice produit 89% de tout le matériel porno diffusé mondialement», d’ajouter M.Allard dans son article.

À son avis, «on introduit et on commercialise annuellement sur Internet quelque 15 000 nouvelles vidéos, vendues sur (et ce n’est pas une erreur de typo ni une exagération) 244 661 900 pages du web», à partir des États-Unis.

 

Miami détiendrait la part du lion

«Pour ce qui est du marché vidéo destiné au Web, Miami détient cependant le numéro un», avance l’auteur de l’article qui a révélé que « dans les cercles spécialisés de Miami plusieurs des grandes tours de condos exclusifs de la côte cachent de véritables fabriques de vidéos pornos qui recrutent des centaines de jeunes femmes, en majorité immigrantes dans le besoin ou victimes désespérées de la drogue.»

«Qui habite une maison de verre ne doit pas jeter de pierres », a conseillé Jean-Guy Allard à Mme Rice qui, «marche sur un terrain glissant», selon lui, «en attaquant d’autres pays de façon diffamatoire et avec des intentions essentiellement politiques».{jcomments off}