Une foule considérable à «Miss Cameroun Canada» 2009

562

 

L’élection de «Miss Cameroun Canada» a attiré la grande foule cette année. Le show a  réuni plusieurs centaines de membres de la communauté camerounaise à Montréal, a constaté sur place un journaliste de l’Agence de presse «Média Mosaïque».

 

 

 

 

En effet, plus de 350 personnes, toutes générations confondues, ont pris part le 23 mai 2009 à LaSalle (boulevard Newman) au buffet Rose Rosse à ce gala qui  s’est terminé le lendemain aux petites heures de la matinée.

Une soirée totalement réussie qui a clôturé la «Semaine culturelle camerounaise» lancée le 16 mai dernier à Montréal.  Un événement qui a aussi fourni la preuve que la jeune Association des Camerounais du Canada (ACC) détient un pouvoir de convocation populaire non négligeable.

  

Des invités de marque

Dans l’assistance, le gratin de la communauté y était. Citons entre autres, la présence de l’ambassadeur du Cameroun au Canada, Salomon Azoh-Mbi, à qui la présidence d’honneur de l’événement a été offerte ou de celle du Camerounais  le plus célèbre du Québec, l’actuel député de Bourget, Maka Kotto (Parti Québécois).

Une délégation de Table Montréal-Afrique (TMA) conduite par la présidente Princesse Juliette-Biakeu, la directrice  générale de Chantier d’Afrique du Canada (CHAFRIC), Henriette  Kandula, le président du Réseau des professionnels et entrepreneurs Africains (REPAF) Komlan Messie, avaient également été aperçus sur les lieux.

 

Soirée de retrouvailles

Après leurs allocutions respectives, pour lancer le bal, M.Kotto et M.Azoh-Mbi ont été invités par les deux animateurs de la soirée à s’essayer sur la piste de danse. Un rituel, semble-t-il, très prisé chez les Camerounais d’origine.

Car, dans les secondes qui ont suivi, l’allure du gala allait prendre un tout autre tournant. La piste était déjà bondée. La diffusion de hits locaux par le DJ de service avait visiblement suscité  une atmosphère festive de retrouvailles entre compatriotes.

À noter que cette  soirée avait réuni pas seulement des Québécois d’origine camerounaise ou africaine, on a appris que plusieurs des participants avaient fait le déplacement en provenance de plusieurs autres coins du Canada.

 

Fausse note

Un incident, précisons-le, qui n’a rien à voir avec la qualité de la soirée et qui ne s’étend non plus  à la communauté camerounaise, est tout de même à signaler. Un membre de notre équipe, invité à couvrir l’événement, a été agressé verbalement par un individu chargé d’accueillir les invités à l’entrée.

N’était-ce l’interposition de plusieurs autres convives, ce dernier, un colérique, paraît-il,  a même tenté d’agresser physiquement notre collaborateur. Toutefois, 72 heures après l’incident, le président de l’«Association des Camerounais du Canada», M.Paul Aya, a téléphoné à l’Agence de presse «Média Mosaïque» pour faire part de ses regrets. Il a promis de faire parvenir une lettre formelle d’excuses à notre président-directeur général, M.Donald Jean.

 

L’équipe de «Média Mosaïque» vous suggère:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (Photo) MEDIAMOSAIQUE.COM- Une vue de la salle qui s’est transformée en piste de danse