Un tabou de moins: Pauline Marois devient première-ministre

179

MONTRÉAL – Le Québec vient de faire l’histoire en élisant pour la première fois une femme à la tête du gouvernement. La chef du Parti québécois a réussi le pari d’être aux commandes de la Belle Province en défaisant le Parti libéral du Québec mené par Jean Charest.

 

Victoire à l’arrachée

Si les chiffres démontrent qu’on est très loin d’un raz-de-marée, l’alternance, malgré tout, s’est imposée après environne décennie de règne libéral. À peine un point de pourcentage sépare la leader péquiste (31,9%) du premier-ministre sortant (31,2%). Où est passé le vote des jeunes?

De peu Jean Charest, doublement défait (vaincu dans son propre comté de Sherbrooke),  aurait pu offrir une nouvelle victoire à ses troupes auxquelles tous les sondages n’accordaient la troisième place dans les intentions de votes.


Scores des nouveaux partis

Grosse déception pour la Coalition avenir Québec. La formation de François Legault, qui paraissait incarner le changement en voulant s’attaquer notamment à la bureaucratie, doit toutefois se contenter de la deuxième opposition avec un score tout de même enviable, à savoir 27% des suffrages exprimés.

Québec solidaire a, pour sa part, doublé sa députation. Avec 6% des votes, le seul député et co-porte parole de QS, Amir Khadir, réélu dans Mercier, pourra finalement siéger aux côtés de son homologue du même parti, Françoise David.

 

Les sondages?

À noter, que le sondage de MarkEthnik, dont les résultats ont été publiés en exclusivité par l’Agence de presse Médiamosaïque, avait prévu une confortable avance du Parti libéral dans les intentions de vote en dépit de la déconfiture annoncée par les autres maisons de sondage.

La même enquête d’opinions, qui s’adressait principalement aux Québécois des communautés culturelles, annonçait également un renforcement des appuis à Québec solidaire.

 

Un pas de plus pour notre société

L’arrivée de Pauline Marois aux timons des affaires de l’État constitue une victoire personnelle pour cette « battante », cette « dame de béton » comme on l’a maintes fois surnommée . C’est aussi le couronnement des luttes féministes qu’a connues le Québec, un renversement des tabous qui, espérons-le, tomberont également un jour pour la diversité.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE (La nouvelle première-ministre élue du Québec et chef du Parti québécois, Pauline Marois)