Un Québec métissé et un parlement ethniquement monocolore: un anachronisme, selon le MDN

511

Pour que l’Assemblée nationale ressemble à l’image bigarrée de la province, la présidente du Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN), Mercédez Roberge, exige une réforme du scrutin actuel qui ne tient nullement compte, à son avis, du poids de l’immigration dans la société québécoise.

Le MDN, qui a lancé récemment une campagne intitulée «Urgence démocratique», informe avoir aujourd’hui l’appui de « près de 30 personnalités publiques, des milieux politique, social, universitaire et artistique, ainsi que près de 90 organisations».

Urgence en la demeure

Pour démontrer qu’il y a vraiment urgence, le MDN explique, dans un communiqué reçu par courriel à la rédaction de l’Agence de presse MÉDIAMOSAÏQUE, que «plus d’un enfant sur quatre né en 2007 avait au moins un parent né à l’étranger, alors que, seulement 5% des parlementaires étaient nés à l’étranger ou de minorités visibles.»

«Dans à peine 20 ans, le Québec évitera la décroissance démographique uniquement grâce à l’immigration internationale. Le MDN aime imaginer que dans 20 ans, notre société sera composée de citoyennes et de citoyens participant à part entière à la vie démocratique. Mais pour cela, il faudra que toute la population se sente invitée à contribuer aux décisions qui touchent à l’ensemble de la collectivité.»

 

Parlement sans minorités: message en filigrane

Le fait que les hautes sphères du pouvoir au Québec tardent à être le reflet de la société envoie, de l’avis de Mercédez Roberge, un très mauvais «message aux enfants de parents nés à l’étranger ou de minorités visibles». Un décrochage massif de ceux-ci vis-à-vis de la politique québécoise n’est pas de la fiction.

« Une fois adultes, comment pourraient-ils s’intéresser à la démocratie et s’y impliquer pleinement?», craint la militante qui prône l’émergence d’une Assemblée nationale qui puisse à la fois tenir compte de l’assentiment «des gens qui ont des idées politiques, des réalités régionales et des cultures différentes.»

 

Comment y parvenir?

Pour elle, ce changement passe absolument par la nécessité de «réformer notre mode de scrutin actuel et y intégrer des mesures visant une meilleure représentation de la diversité ethnoculturelle à l’Assemblée nationale». De tels gestes «enverraient une invitation claire» à ces gens, a-t-elle ajouté.

«Pour améliorer la démocratie et pour que toutes les citoyennes et tous les citoyens se reconnaissent dans l’institution qui est chargée de les représenter et de les réunir», croit le MDN qui interprète déjà la signification d’une éventuelle non adhésion à son momentum.

À en croire Mercédez Roberge, «si le délai de juin 2010 n’est pas respecté, nous conclurons que les parlementaires ne tiennent pas leurs promesses, ni ne respectent la population québécoise. Par leur inaction, nous comprendrons qu’ils refusent de réformer notre mode de scrutin» (fin de citation).

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr PC (Une vue panoramique de l’Assemblée nationale du Québec en pleine séance)