Est-ce le début d’un momentum pro Labonté?

527

À un moment où il est sur le point de rattraper Gérald Tremblay, selon un tout dernier sondage, Benoît Labonté estime que son «leadership commence à être bien perçu dans la population, le début de l’ère du changement», dit-il.

 

 

 

 

«C’est déjà commencé, le message que l’on reçoit sur le terrain  est très clair. Les gens en ont assez, le seuil de tolérance à l’égard des scandales est nul, il est très très bas», a déclaré le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal dans une entrevue accordée à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

«Les gens veulent du changement, ils veulent surtout que l’éthique, l’intégrité et la transparence soient de retour dans l’administration des affaires publiques et c’est exactement ce que « Vision Montréal » va leur offrir», a poursuivi M.Labonté, visiblement calme et serein.

«Tremblay doit assumer ses erreurs…»

S’agissant du maire sortant Gérald Tremblay, celui qui convoite son fauteuil estime que «le lien de confiance qui doit exister entre la population et la mairie de Montréal a été rompu. Quand on est maire de Montréal, on ne peut pas se déresponsabiliser comme ça à la pièce.»

Le chef de l’opposition officielle martèle à l’endroit de M.Tremblay : «En tant que maire, on est responsable de ceux que l’on nomme, des actions de ceux que l’on nomme et ultimement pour en assumer la responsabilité.»

Pas de coalition en vue

En tout cas, jusque-là, M.Labonté exclut toute alliance avec « Projet Montréal » de Richard Bergeron. «Nous, on bâtit notre organisation, on recrute nos candidats et on va de l’avant. Tous ceux qui veulent se joindre à nous sont les bienvenus mais il y a pas d’idée de coalition dans l’ère du temps. La coalition qu’on va faire, c’est tous les Montréalais derrière « Vision Montréal »», a-t-il lancé .

Benoît Labonté a refusé d’épiloguer sur les chances d’un autre candidat du parti au pouvoir «Union Montréal» au cas où Gérald Tremblay serait, de gré ou de force, contraint de démissionner avant le scrutin du 1er novembre 2009.

Qualifiant cette question  d’«hypothétique», Labonté répond, qu’à l’heure qu’il est, «la chose la plus importante pour le maire maintenant c’est d’assumer ses responsabilités et de celles de son administration.»

Il a énuméré, entre autres, «le scandale à la SHDM, celui des compteurs d’eau ou encore les services informatiques de la Ville, etc. Je pense que le bilan est très très lourd. Il doit en assumer la responsabilité.»

Crédité il y a 3 mois de 4% dans les intentions de vote des Montréalais, Labonté est en train de refaire son retard, si l’on se fie au tout dernier sondage Angus Reid lui accordant au mois de mai 21%. Le maire Tremblay n’a plus qu’une avance de 5 points de pourcentage.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM- Articles reliés:

«Mouvement lavallois» sonne la fin du monopartisme à Laval

Franz Benjamin, le poulain de Gérald Tremblay dans St-Michel

La réélection de Tremblay est-elle compromise?

(Photo) MEDIAMOSAIQUE.COM- Cr. Hubert Molaire

Le chef de l’opposition Benoît Labonté répondant aux questions de MEDIAMOSAIQUE.COM