Un Maghrébin en lice pour succéder à Emmanuel Dubourg dans Viau

572

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Un membre influent de la communauté maghrébine, Monsef Derraji, convoite le siège du comté de Viau, devenu vacant aujourd’hui suite à la démission du libéral Emmanuel Dubourg qui se lance, de son côté, en politique fédérale.

Du municipal au provincial

M. Derraji, qui a été élu, puis réélu, à titre de président du parti municipal de Louise Harel, Vision Montréal,  a pris fermement la décision de faire le saut en politique provinciale et envisage de se manifester en ce sens auprès de la direction du Parti Libéral du Québec, a confié l’intéressé à l’Agence de presse Médiamosaïque.

«Je n’ai encore aucune idée de ce qui sera décidé au PLQ, ce dont je suis sûr, c’est que je suis prêt à briguer l’investiture», a affirmé Monsef Derraji qui pense que le moment est venu pour la communauté maghrébine de Montréal d’avoir un représentant à l’Assemblée nationale du Québec.

Ce professionnel et organisateur communautaire, cofondateur du Congrès maghrébin au Québec (CMQ), élu récemment Lauréat du TOP 20 de la Diversité,  est déjà en train de tester ses appuis auprès des organismes dans le comté ou de personnalités dont les responsabilités sont connues de l’ensemble de la population québécoise.

Appui de personnalités connues

Dans le comté de Viau où va se jouer la partie, la mairesse de St-Michel, Anie Samson, se dit déjà prête à appuyer la candidature de Monsef Derraji. Pour avoir travaillé avec ce dernier notamment dans le cadre du lancement du «Petit Maghreb» et dans bien d’autres projets, Mme Samson croit que les libéraux auraient fait «un excellent choix» en la personne du No un du CMQ.

Selon Anie Samson, « Monsef Derraji est quelqu’un de très ouvert, consensuel. Il a toutes les qualités pour briguer ce poste. Le profil de Monsef est bien le profil de ce qu’on attend de la part d’un député… et la communauté (maghrébine) a aussi le droit d’être représentée à Québec ».

« C’est une excellente idée, je suis contente pour lui. Pour ce que je sais de lui… je pense qu’il a le profil pour briguer un tel poste» , a, de son côté, réagi l’ex-présidente du Conseil des relations interculturelles (dissous par Jean Charest), Patricia Rimok, rejointe au téléphone depuis le Massachussetts (USA) où elle est présentement en vacances.

Écho dans la communauté haïtienne

Dans la communauté haïtienne qui était représentée à l’Assemblée nationale par Emmanuel Dubourg, aucun potentiel candidat ne s’est encore manifesté. Les regards sont beaucoup plus fixés sur le comté Bourassa-Sauvé (qui dispose d’une grande colonie haïtienne) où Emmanuel Dubourg projette de se faire élire sur la scène fédérale.

Commentant l’info au micro de Médiamosaïque, Jean-Ernest Pierre, le directeur de la radio haïtienne CPAM, croit qu’il va y avoir de la compétition dans Bourassa-Sauvé. «Dubourg était au repos dans un comté sûr (Viau). Il va devoir faire plus d’efforts dans Bourassa où un autre Haïtien pourrait avoir toutes les chances de prendre le comté au nom des Haïtiens», a-t-il pronostiqué.

«Dubourg a été imposé par Jean Charest, même s’il s’est attiré le vote des Italiens qui disposent d’un poids électoral énorme dans le comté de Viau. Un Haïtien peut toujours tenter de s’approprier le travail qui a été fait par Dubourg dans Viau, mais il doit obtenir la caution de la direction du parti pour se faire élire», a analysé Me Pierre jugeant que les Haïtiens ne disposent pas encore de structures susceptibles de contraindre le PLQ à redésigner un Haïtien dans ce château-fort libéral.

Que pense Emmanuel Dubourg?

Du côté de l’ex-député de Viau, la consigne semble être: « motus et bouche cousue ». Emmanuel Dubourg, qui n’a pas encore retourné notre appel, ne va probablement pas, si l’on en croit son entourage, désigner X ou Y dauphin dans le comté qu’il a dirigé pendant près de sept ans et qui a été longtemps représenté par l’Italo-montréalais, feu William Cusano, entre 1981 et 2007.

Contactée à ce sujet par l’Agence de presse Médiamosaïque, son attachée politique, Marjorie Michel,  s’est bornée à dire qu’«il revient désormais au parti de décider s’il y aura investiture ou désignation de candidat-vedette dans Viau». Emmanuel Dubourg «va appuyer un candidat à condition que celui-ci devienne la personne qui défend officiellement les couleurs du PLQ dans le cadre de la prochaine partielle», a-t-elle assuré.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés: