Un «Montréalais» évoque ses liens personnels avec le président Lech Kaczynski

310

Commentant la mort prématurée de l’homme fort de la Pologne, le consul polonais en poste à Montréal, Tadeusz Zylinski, nous confie avoir perdu plus qu’un président dans la catastrophe qui a endeuillé son pays le samedi 10 avril dernier.

 

D’abord, à l’université

Intellectuel de son état, avant de débuter sa carrière dans le merveilleux monde de la diplomatie, Zylinski avait l’habitude de côtoyer Lech Kazcynski alors que tous les deux exerçaient à ce moment leur métier de professeur d’université.

«On avait l’occasion de discuter, de se rencontrer très souvent d’ailleurs. On participait ensemble à différents congrès organisés en Pologne autour de la Chaire des droits du travail», a raconté le consul-général de la Pologne en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

 

Ensuite, via la diplomatie

Et quand le destin a fait de Kazcynski président de la République, Tadeusz Zylinski, qui parvenait à gravir des échelons au sein de la fonction publique polonaise, avait de nouveau le privilège de collaborer directement avec son ancien collègue d’université.

Car, avant sa nomination en 2009 au poste de consul-général de la Pologne à Montréal, M.Zylinski, juriste de formation, occupait la fonction de directeur du protocole diplomatique du pays et était notamment chargé des affaires juridiques.

«Souvent, raconte le diplomate à nos micros, quand le chef de protocole était occupé, mon devoir était d’accompagner le président et le premier-ministre dans leurs différents déplacements à l’étranger».

 

Qu’en est-il de l’héritage de Kazcynski?

Comme plusieurs l’ont fait dans d’autres témoignages, le consul-général de la Pologne de Montréal estime, lui aussi, que le président Lech Kazcynski s’est évertué, tout au cours de son mandat qui devait s’achever en octobre 2010, à mettre son pays sur les rails de la démocratie.

Sous son règne, a fait savoir le diplomate polonais, «on peut dire que le pays a connu une période de très grande stabilité. La Constitution du pays est respectée scrupuleusement. On a perdu un grand démocrate», a regretté Zylinski qui a cité les noms de plusieurs de ses collègues, dont son propre patron à la chancellerie polonaise, péris dans l’accident d’avion qui a coûté la vie à son collègue et président Lech Kaczynski.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

(PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com) Ici, en 2009, le consul-général de la Pologne à Montréal, (à gauche) Tadeusz Zylinski, en visite à l’hôtel de ville de Montréal, posait avec le responsable des communautés d’origines diverses au comité exécutif d’alors, Marcel Tremblay,  pour le photographe de l’Agence de presse «Média Mosaïque».