Testons le français du candidat Wyclef Jean! (VIDÉO)

663

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – De passage récemment à Paris, la star du hip hop a été contrainte de s’essayer dans la langue de Molière. Exercice délicat pour quelqu’un qui a grandi au pays de l’oncle Sam! Et comme tout anglophone ou créolophone ignorant tout de la grammaire et du vocabulaire français, il s’est cassé les dents.

En Haïti et dans la diaspora, les plus conservateurs, les anti-Wyclef, s’en donnent à cœur joie et évoquent ce point faible du candidat de «Viv Ansan-m (Vivre ensemble)» pour le juger inapte à briguer le poste même s’il n’est aucunement écrit dans la Constitution ou dans la loi électorale du pays que le candidat doit s’exprimer dans les deux langues officielles du pays (créole, français).

Toutefois, si Wyclef Jean passe l’étape des fameux «carnets» et arrive à se faire élire le 28 novembre prochain, il ne sera pas le premier chef d’État à ne pas pouvoir s’exprimer correctement dans l’une des deux langues officielles de son pays. Son handicap actuel peut devenir rapidement chose du passé dans la mesure où M. Jean nourrit la volonté de combler ses lacunes.

Au Canada, Stephen Harper, unilingue anglophone connu, est parvenu à se faire élire alors que, théoriquement, tout chef de parti aspirant à devenir premier-ministre du Canada doit logiquement s’exprimer en anglais et en français. S’il paraissait très limité dans la langue de Molière avant de s’imposer lors de sa première campagne électorale, en l’espace de quelques mois d’apprentissage, Harper était devenu parfaitement bilingue.

En Haïti, le leader de la KID, Evans Paul, aliias «K-Plume», qui ne s’exprimait qu’à travers la langue créole dans les médias, avait surpris bon nombre d’observateurs, incluant des journalistes qui avaient vite remarqué des progrès spectaculaires de ce dernier dans la langue française.

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

Voir La vidéo:



    PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com /Cr Reuters ( La méga star du hip hop Wyclef Jean, exhibant ses pièces d’identité prouvant sa nationalité haïtienne lors d’une conférence de presse le 18 janvier dernier aux USA)