Stéphane Gendron: « rentable de casser du sucre sur le dos des Arabes » (VIDÉO)

628

MONTRÉAL – Invité au quatrième banquet annuel du Forum Musulman du Canada (FMC), le maire de la ville de Huntington, Stéphane Gendron, a dénoncé de toutes ses forces « l’islamophobie qui est, selon lui, devenue une mode au Québec ».

 

Inquiétant et paradoxal

« C’est rentable au Québec de casser du sucre sur le dos des Arabes. C’est devenu le pain quotidien de certains commentateurs de l’actualité… », a accusé M.Gendron tirant à boulets rouges sur une certaine presse qui a tendance à faire croire que les Musulmans sont incapables de s’intégrer comme il faut dans la société québécoise.

Pourtant, a rappelé le maire dans un extrait vidéo diffusé sur You Tube par le FMC visionné par la rédaction de l’Agence de presse Médiamosaïque, « avant le 11 septembre, la scène médiatique au Québec vantait (de préférence) les louanges de l’intégration des gens du Maghreb, de nos confrères, de nos consœurs arabes. »

« On disait que c’étaient des gens qui s’intégraient facilement dans la société, c’était merveilleux, on en louangeait, on en voulait plus et tout-à-coup le 11 septembre 2001 est arrivé et ça s’est viré de bord », a-t-il fait remarquer le 18 novembre dernier lors du gala du FMC.

Les prisons comme unité de mesure

Le maire affirme avoir toujours dit que « les prisons du Québec sont pleines de gens d’origine chrétienne, catholique, par-dessus tout francophone, qui ont commis des crimes, ça on n’en parle pas. On préfère pointer du doigt des gens qui quittent leur pays… »

Stéphane Gendron y voit une stratégie bien pensée de la part d’une certaine élite médiatique  qui, manifestement, veut « étendre la peur et l’ignorance dans toutes les régions du Québec », parce que, a-t-il dit,  « ça vend de la copie, c’est bon. » 

Le passé d’immigrants des Québécois occulté

M.Gendron rappelle que plus d’un million de Québécois avaient émigré vers les USA au 19e siècle à l’époque où les États-Unis s’industrialisaient « à un moment où le Québec et le Canada crevaient de faim, à l’époque où l’agriculture ne valait rien ».

Une fois arrivés en Nouvelle-Angleterre, « les Québécois ont fait exactement comme vous : ils ont amené avec eux leurs traditions, leur langue, leur culture, ils ont résisté…Allez voir dans nos livres d’histoire, on a oublié ce passé-là nous les Québécois!», a interpellé l’édile de Huntington.

« La Nouvelle-Angleterre compte aujourd’hui 6 millions descendants d’origine québécoise où on a recréé nos églises, nos paroisses, nos couvents, nos orphelinats, nos magasins, nos chambres de commerce », a-t-il rappelé.

« C’était la résistance, la bataille contre les évêques irlandais qui refusaient de nous donner des curés francophones dans nos églises et on a recréé le modèle que l’on avait au Québec, tout tournait autour de l’église », se souvient Gendron qui croit que c’est absurde de vouloir transformer un immigrant en citoyen canadien une fois que ce dernier débarque dans nos aéroports.

 

Visionnez l’intervention du maire


(PHOTOTHÈQUE MEDIAMOSAÏQUE/ A.Tremblay (Le maire de la ville d’Huntington, Stephane Gendron)