Québec/Premières nations : appel du pied de Picard à Marois

495

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – «Le gouvernement précédent n’est jamais allé aussi loin que de dire: « oui, je suis prêt à aborder les quatre enjeux que vous me présentez »», a  fait remarquer le chef de l’Assemblée des Premières Nations qui venait de recevoir de la part de la première ministre du Québec un ensemble de propositions en vue du prochain round de négociations.

Il s’agit, en effet, d’un appel du pied de Ghislain Picard à l’endroit de Pauline Marois. Le chef autochtone a clairement laissé paraître son insatisfaction vis-à-vis des libéraux qui ont siégé pendant un peu plus de neuf ans à la tête du gouvernement. Car, a-t-il poursuivi : «d’une décennie à une autre, on est toujours en attente du bon gouvernement» pour faire avancer les revendications des Premières Nations.

Ghislain Picard a toutefois nuancé ses propos en soulignant que les doléances des chefs de certaines nations étaient restées pendantes même après la rencontre de plusieurs heures qui a  mis autour d’une table les membres du gouvernement en face des autorités autochtones.

Pour sa part, Pauline Marois a surfé sur la bonne impression de Picard en faisant valoir le bilan des gouvernements péquistes. Mme Marois a rappelé les ententes conclues par le passé par des premiers-ministres de sa famille politique, entre autres René Lévesque, Bernard landry.

À noter que, la première ministre avait elle-même levé le voile sur ses intentions en annonçant que les redevances sur les ressources exploitées, la conservation et la cogestion du territoire, de même que les consultations et les accommodements, constituent les priorités de son plan de travail avec les Autochtones. Les négociations devront avoir lieu dès le début de l’année 2013.