S’installer en région: une opportunité d’emploi pour les immigrants

538

Montréal n’a pas le monopole de l’emploi et c’est faux de penser qu’il n’y a pas d’opportunités d’emploi en région. Au contraire, certaines régions disposent même d’une longueur d’avance sur Montréal dépendamment du domaine d’expertise de l’immigrant.

 

 

 

 

En effet, les créneaux d’excellence de la plupart des régions permettent d’arrimer plus précisément les besoins en emploi et les profils des candidats. Des opportunités peuvent bien échapper à des immigrants qui préfèrent traditionnellement  s’entasser à Montréal.

Dis-moi ta profession, je te dirai quelle région !

Tout d’abord, il est fortement conseillé à un nouvel arrivant qui cherche un emploi dans le domaine agroalimentaire de se tourner résolument vers Saint-Hyacinthe qui est le pôle de l’agroalimentaire de la province du Québec.

La ville de Québec, qui est le siège du gouvernement provincial, attire de plus en plus d’informaticiens et les compagnies d’assurances y constituent le deuxième grand employeur juste après l’administration gouvernementale.

La probabilité qu’une géologue trouve un emploi est certainement plus grande à Val-d’Or qu’à Montréal. L’immigrant se doit donc d’élargir ses champs de recherche d’emploi à travers les autres régions du Québec.

Anecdote intéressante

Alors que j’occupais le poste de conseiller en emploi et à l’établissement en région à l’organisme PROMIS, je me souviens de cette histoire à succès d’une immigrante originaire du Maghreb diplômée en architecture. Elle avait réussi à décrocher un emploi suite au séjour d’exploration organisé par PROMIS et Accueil et intégration Bas Saint-Laurent (AIBSL) en avril 2008.

L’employeur lui avait demandé de venir passer une entrevue à Rimouski pour un poste de technicienne en architecture en juin 2008. Il s’est proposé d’aller la chercher à la gare de Rimouski et lui a même offert un petit déjeuner, selon ce qu’elle me confiait.

Et cerise sur le gâteau, un mois après, elle occupait un poste d’architecte dans la même compagnie spécialisée dans la réalisation des projets et des produits métalliques. Sa progression fulgurante était due certes à ses compétences mais aussi à sa bonne personnalité ainsi qu’à sa capacité à s’intégrer dans son nouvel environnement.

Des anecdotes de ce genre sont devenues monnaie courante et attestent bien plusieurs organismes ont développé une solide expertise dans la régionalisation de l’immigration aient su préparer adéquatement les immigrants avant leur départ de Montréal.

Des  facteurs non négligeables

Dans le domaine de l’immigration, les organismes voués à la régionalisation mettent l’accent, certes, sur l’emploi, mais il n’en demeure pas moins qu’ils demandent également aux personnes immigrantes de considérer sérieusement le côté social, environnemental et la qualité de vie dans les régions.

C’est dans cette perspective que ces organismes organisent, en collaboration avec l’indispensable partenaire régional, des séjours d’exploration professionnelle ciblés alliant découverte du milieu et recherche d’emploi sur place.

À noter enfin que,  le succès de l’attraction des personnes immigrantes en région passe par un arrimage des offres d’emploi en région et des profils adéquats. Les employeurs qui veulent attirer les bons candidats le savent. Aux nouveaux arrivants de se renseigner !

 

À venir:

Régionalisation de l’immigration: trois organismes incontournables

 *Notre collaborateur Doudou SOW, sociologue de formation, est conseiller en emploi au Carrefour Jeunesse-Emploi de Bourassa-Sauvé

(Photo) Légende: une vue de l’Université de Sherbrooke- Cr. UdeS {jcomments on}