Rony Lubin: «Yolande James est complètement déconnectée…»

126

QUESTION: Vous aviez prévu de parrainer des proches en Haïti, Jean-Rony Lubin*, dans le cadre du programme de parrainage humanitaire, en quoi la fin du programme vous a-t-elle surpris? 

JEAN RONY LUBIN: Comme des milliers de gens, j’ai appris cette nouvelle avec beaucoup de stupéfaction, parce que bon nombre de gens s’apprêtaient à prendre le temps nécessaire, comme la ministre l’avait dit, pour remplir les formulaires. 

Je trouve impensable que la ministre puisse donner une semaine aux gens pour parrainer quelqu’un en Haïti quand on sait comment il est difficile, non seulement de communiquer avec les gens, mais de faire venir ces documents de là-bas. Ajouter à cela, rappelez-vous comment le séisme avait  tout détruit!

 

QUESTION: Vous pouviez envoyer le document au bureau postal qui est à côté de votre entreprise Cinétel Technologies, mais vous aviez tenu à remettre ça directement au bureau du MICC sur la rue Mc Gill. Racontez–nous comment cela s’est passé?

JEAN RONY LUBIN: Tout d’abord c’était la cohue. La file était vraiment longue et j’ai dû mettre près de deux heures pour le faire. Et à entendre parler les gens qui faisaient la queue, tout le monde était frustré par rapport cette décision du gouvernement.

Non seulement, on pouvait lire cette frustration sur les visages des gens, mais ils l’ont dit ouvertement que le gouvernement ne leur a pas donné un délai raisonnable pour pouvoir avoir une chance. J’ai vu des gens qui devaient parrainer 3 ou 4 personnes qui, au bout du compte, n’ont pu le faire que pour une seule personne.

 

QUESTION: Pensez-vous qu’ils étaient malgré tout confiants en déposant le formulaire?

JEAN RONY LUBIN: Pas du tout! Les gens paraissaient désabusés, d’autant qu’on avait dit, dans un premier temps, que le gouvernement allait accélérer le processus, alors que 6 mois après, aucun de ces gens pour lesquels on a déposé des demandes n’est arrivé au Québec. C’est n’importe quoi, cela n’inspire aucunement confiance.

 

QUESTION: Que pensez-vous de la ministre Yolande James qui pense que le programme a répondu aux objectifs fixés?

JEAN RONY LUBIN: Écoutez, je pense que la ministre Yolande James est complètement déconnectée de la réalité. Je me demande auprès de qui elle s’informe pour savoir ce qui se passe dans la communauté haïtienne. Un petit sondage dans la file de gens qui se trouvait sur la rue Mc Gill dans la journée du mardi  20 juillet pourrait lui donner l’heure juste sur la réalité.

 

QUESTION: Comment vous interprétez cela?

JEAN RONY LUBIN: Je pense qu’il s’agit d’un manque de respect envers la communauté haïtienne. Cela prouve encore une fois la nécessité pour la communauté haïtienne de s’organiser afin qu’elle puisse donner des réponses à de pareils comportements à son endroit.

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

   

 

*PHOTO: Jean Rony Lubin est cinéaste et entrepreneur. Il est le PDG de la nouvelle entreprise «Cinétel Technologies» sise entre les rues St-Michel et Villeray à Montréal.