Régionalisation de l’immigration: trois organismes incontournables

510

Ils sont trois organismes à faire leur marque dans le processus de régionalisation de l’immigration: l’organisme Promotion Intégration Société Nouvelle (PROMIS), le Collectif des femmes immigrantes du Québec, le Carrefour Bio Local Emploi.

 

 

 

Même si ce coup de projecteur de l’Agence de presse «Média Mosaïque» leur fait de la publicité gratuite, on s’en fout un instant puisque, force est de reconnaître qu’ils sont en effet les trois à détenir une telle expertise. Leur principal boulot depuis environ cinq ans: faciliter l’insertion au marché du travail régional des chercheurs d’emploi immigrants établis au Québec.

Un mandat qui se justifie

La récurrence d’un besoin d’encadrement et de sensibilisation aux spécificités locales et régionales auprès des candidats en régionalisation de l’immigration, justifie la pertinence du mandat de ces instances, établies à Montréal, qui travaillent d’arrache-pied à la réussite de l’intégration et au maintien en emploi des personnes immigrantes.

Car, il n’est pas l’ombre d’un doute qu’une bonne préparation de ces dernières dans les techniques de recherche d’emploi en région est à même d’assurer leur intégration en emploi et à pérenniser leur rétention dans le milieu local et régional.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre  marqué par le départ à la retraite des baby-boomers, le vieillissement de la population et la dénatalité, ces organismes ont compris que les régions du Québec ont tout à gagner en embauchant une main d’œuvre diversifiée, qualifiée et compétente.

Les conseillers en emploi en région font un travail remarquable auprès de ces personnes. Ils les sensibilisent aux réalités régionales (importance de la langue française, respect du milieu etc.). Ils effectuent l’arrimage des offres d’emploi des régions envoyées par les partenaires régionaux avec les profils adéquats des candidats.

Ils conseillent les participants et les aident à acquérir les attitudes et les compétences nécessaires à l’intégration sociale et professionnelle. Ils établissent un plan d’action personnalisé en travaillant en collaboration avec les partenaires régionaux afin de coordonner les démarches entreprises par les candidats.

La moitié des postes à pourvoir se trouvent en dehors de Montréal

Selon les perspectives professionnelles d’Emploi-Québec, «près de la moitié des postes à pourvoir se trouvent en dehors de la région métropolitaine de Montréal ». (Document de consultation 2008-2010 sur la planification de l’immigration au Québec pour la période 2008-2010, p.34).

Le succès de l’attraction des immigrants en région passe par l’emploi, pierre angulaire de la régionalisation. La recherche d’emploi, en région, des participants au programme régional d’intégration (PRI) domiciliés à Montréal se fait par le biais de trois organismes qui leur apportent un accompagnement et un encadrement soutenus.

Ces trois organismes, ayant développé ce projet de régionalisation de l’immigration, ont beaucoup à gagner en renforçant leur démarche partenariale. Puisque les besoins de la régionalisation des immigrants sont immenses, chacun des organismes a accès à un vaste bassin de recrutement de candidats désireux de s’établir en région.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM- Articles reliés

S’installer en région: une opportunité d’emploi pour les immigrants

À Québec un CLD honore des hommes d’affaires immigrants

Intégration des immigrants: un centre de transfert de technologie s’ouvre à Montréal

Sessions d’information du MICC: un modèle de réussite

Les nouveaux arrivants boudent les séances d’informations du MICC

Le mentorat, une valeur ajoutée à la cohésion sociale

Les «réalités socioéconomiques» du Québec enseignées aux nouveaux arrivants 

 


(PHOTO) Une maison rustique située au cœur de la région Chaudière-Appalaches. Le «B&B Au Soleil Couchant», se présentant comme un lieu permettant «d’explorer la nature et de goûter au calme de la campagne québécoise».{jcomments on}