Radio-Canada face à son destin avec Louis Lalande aux commandes

191

MONTRÉAL –  » Définir le Radio-Canada des prochaines générations « , le défi est de taille, mais pas inatteignable pour le nouveau vice-président principal de Radio-Canada. En effet, vingt-quatre heures après l’annonce officielle de sa nomination, Louis Lalande lève le voile sur les nouvelles orientations qu’il entend donner à son administration.

Le règne de l’austérité prôné par Ottawa, qui annonce des coupes budgétaires dans la fonction publique fédérale, n’empêche pas pour autant Louis Lalande de voir grand. Au contraire, toute une vision futuriste du réseau pancanadien se dégage de sa première sortie épistolaire.

Comment entend-il procéder?  » En continuant de nous adapter afin de répondre aux attentes des citoyens, de façon innovante, avec notre ADN de diffuseur public, afin d’en assurer la pérennité « ,  écrit le vice-président principal dans le premier billet, qu’il adresse par courriel à ses correspondants, reçu à l’Agence de presse Médiamosaïque.

S’il s’appesantit sur « la création » comme outil, entend faire bon usage du « capital financier » et profiter de la notoriété d’une  » marque » vieille de 75 ans, pour imprimer sa propre touche, Lalande  croit surtout dans « une programmation distinctive sur toutes les plateformes, une présence régionale affirmée et un déploiement continu du diffuseur public dans l’univers numérique  » pour faire la différence.

Il n’en demeure pas moins que le régime Lalande a déjà fait des sacrifiés. Médiamosaïque a appris que la direction de l’Information a été contrainte d’abandonner son projet de bulletins de nouvelles pendant la nuit sur RDI. Les ressources humaines, mobilisées en ce sens par la salle des nouvelles, ont été déçues d’apprendre que l’initiative n’a pas été validée par Louis Lalande.

 

Sur le même sujet:

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MEDIAMOSAÏQUE/Courtoisie SRC (En haut, le nouveau vice-président principal des services français de Radio-Canada)