Quid du menu de la 6e édition du Festival du film black cette année?

618

«Nouveautés, nouvelles tendances, originalité», ainsi Fabienne Colas résume la quintessence de la sixième édition du Festival international du film black de Montréal (FIFBM). Lors d’une conférence de presse au cours de laquelle le contenu de la programmation a été dévoilé à l’ONF, les organisateurs ont mis l’accent sur le vide comblé par cette nouvelle tribune offerte au monde «black» à Montréal.

Cette année, un nombre record de films a été sélectionné par le responsable de la programmation, Émile Castonguay. 128 oeuvres cinématographiques évoquant les réalités dans les communautés noires de plus de 25 pays ont été retenues, a précisé M.Castonguay qui a assuré que les habitués du festival seront gâtés cette année.

Pendant 12 jours, les cinéphiles auront le privilège de goûter à toutes les sauces. Près de huit thématiques seront abordées dans le cadre de ces projections: entre autres, la violence, l’art, la poésie, la musique, le vaudou, l’histoire, les traditions, la politique, l’immigration, les conditions humaines, Haïti.

Tout en accordant de la visibilité à Haïti, rasée le 12 janvier dernier par un violent séisme, le FIFBM n’a pu cependant faire autant dans la programmation, même si le public pourra se consoler d’une ciné-rencontre au cours de laquelle un échange sera animé par le journaliste retraité Réal Barnabé de Réseau Liberté, un ami du festival.

Aucun long-métrage provenant d’Haïti n’a été sélectionné. Questionnés là-dessus par l’Agence de presse «Média Mosaïque», les organisateurs ont déploré le fait que les cinéastes de la communauté haïtienne n’aient pas respecté les délais édictés par le comité. Ils regrettent également le fait que les cinéastes locaux ne soumettent pas leurs productions au FIFBM.

En revanche, l’absence de certains fait plutôt le bonheur de bon nombre d’autres communautés. Un membre de la communauté africaine, qui a assisté à la conférence de presse, n’a pas caché, au micro de «Média Mosaïque» sa fierté d’entendre sa langue maternelle lors de la projection des extraits de la plupart des  films sélectionnés par la programmation.

À noter que, l’homosexualité, un sujet tabou dans les communautés noires, sera abordée également lors de cette sixième édition. Fabienne Colas invite le public à lier connaissance avec une telle réalité et discuter avec les producteurs qui ont pris la peine d’exposer le vécu des homosexuels noirs.

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

Photos de la conférence (à venir)


PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr FFC (La présidente de la Fondation Fabienne Colas, la principale instigatrice du Festival international du film black de Montréal (FIFBM))