Prix du livre sonore « Euphonia »: une première édition acclamée

623

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – L’institut culturel « Vues et Voix » innove et consolide son positionnement dans le milieu du livre sonore adapté au Québec en procédant au lancement, le 4 octobre dernier, en présence d’environ 200 personnes, à la Grande Bibliothèque, de la première édition du Prix Euphonia.

 

Fruit d’immenses efforts

Ce premier pas vers la postérité, franchi, avec succès, à l’occasion du deuxième Gala-bénéfice de l’institution, a été unanimement salué par les acteurs d’horizons divers sensibilisés par les problématiques de l’inaccessibilité à la lecture auquel font face des milliers de Québécois, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

L’un des premiers à vanter l’apport de « Vues et Voix » en ce sens a été le Pdg de la BAnQ. Guy Berthiaume, qui a agi à titre de président d’honneur, a rappelé que « Vues et Voix » offre une immense contribution en fournissant annuellement environ 700 nouveaux livres (format audio adapté) à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec qui les met, de son côté, à la disposition de ses abonnés.

Fort de sa devise : «la culture, un droit en partage», « Vues et Voix », par la voix de sa Pdg, Marjorie Théodore, dans son discours de circonstance, a réaffirmé haut et fort qu’«aucune limitation visuelle, physique ou perceptuelle ne devrait empêcher un individu d’avoir accès à la culture».

 

L’effet du menu

L’assistance, en moins de trois heures, a été conquise. Un menu fait de lectures (savamment exécutées) par Antonine Maillet, Béatrice Picard et Dorothée Berryman, précédé d’un échange improvisé autour de la «déficience perceptuelle» pour les nuls entre l’animatrice de la soirée, Dominique Poirier d’Ici Radio-Canada et la star de Canal M, Luc Fortin, a en effet, plongé l’assistance dans la réalité du monde du handicap, souvent méconnue des non-handicapés.

La table était déjà mise pour le dévoilement des gagnants du Prix Euphonia, une initiative dont la finalité vise à stimuler la création et à favoriser une meilleure connaissance de ceux et celles qui, tapis dans l’ombre, en majorité, souvent des bénévoles, contribuent à la réalisation de ces livres audio adaptés. Deux trophées, récompensant le « livre sonore adapté» et le «livre sonore commercial», étaient à pourvoir dans le cadre de cette grande première.

 

« Fichiers sources »: du retard à combler au Québec

Mentionnons que, lors de ce gala, la Pdg de « Vues et Voix »,  a plaidé en faveur de l’accessibilité au fichier source du livre, ce qui favoriserait, a-t-elle souligné, une production plus rapide du livre sonore adapté. Elle informe que la France a devancé le Québec en ce sens.

En septembre dernier, a-t-elle rappelé, les éditeurs français ont donné accès à leurs fichiers sources aux producteurs de livres sonores adaptés, ce qui permet désormais «à tous ceux qui vivent avec une limitation visuelle d’avoir accès en même temps que le grand public aux nouveautés en librairie».

«C’est une avancée significative et nous souhaitons vivement que le Québec emboîte le pas dans cette belle aventure», a insisté Marjorie Théodore.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

En haut: Béatrice Picard, Dorothée Berryman, Antonine Maillet, Marie-Louise Arsenault, Michel Dulong, André Vincent, Hélène Parent, Louis Lachance, Dominique Poirier, Marjorie Théodore, Michel Bonneau, Catherine de Sève, Emma Mbia, Michel Langlois, Jacques Laurin, Monique Proulx, Luc Fortin et Guy Berthiaume, président d’honneur de la Soirée-bénéfice Vues & Voix 2013

En bas, les membres du jury des prix du livre sonore Euphonia : Jacques Laurin, Hélène Parent, André Vincent, Emma Mbia, Michel Langlois et Monique Proulx.