Pourquoi faut-il «excuser» et «indemniser» les Canadiens d’origine italienne?

177

L’auteur du projet de loi déposé en ce sens à la Chambre des communes y croit fermement. Massimo Pacetti dit avoir «bon espoir que son projet de loi réglera définitivement une affaire qui suscite encore de très pénibles émotions.»

 

Clore un triste chapitre

Dans un communiqué reçu à la rédaction de l’Agence de presse «Média Mosaïque» quelques jours avant le vote définitif aux Communes sur le projet de loi C-302, le député fédéral libéral de Saint-Léonard / Saint-Michel, croit qu’un tel geste «pourrait clore un chapitre triste de l’histoire du Canada».

 « Nul ne peut nier que les Italo-Canadiens ont été internés et détenus et qu’ils ont souffert d’un climat de suspicion au cours de la Deuxième Guerre mondiale parce que le gouvernement de l’époque avait choisi d’avoir peur d’eux à cause de leur origine ethnique plutôt que de les traiter équitablement», a affirmé M.Pacetti qui précise que « les faits entourant l’affaire et le projet de loi sont incontestables ».

 

Exigences du projet de loi?

Le projet de loi prévoit principalement la présentation d’excuses officielles à la Chambre des communes pour l’internement des Italo-Canadiens au cours de la Deuxième Guerre mondiale, informe le bureau du député d’origine italienne.

Une de ses recommandations exige ensuite, la création d’un fonds de sensibilisation qui sera administré par des organismes communautaires italo-canadiens réputés et qui sera utilisé afin d’informer les Canadiens sur l’internement et de favoriser l’harmonie culturelle.

 

Appui de la communauté

Pacetti infrome à ce sujet que son projet de loi C-302, «Loi de reconnaissance et d’indemnisation des Canadiens d’origine italienne», reçoit déjà «l’appui de nombreux groupes d’intervenants de partout au Canada, dont le Congrès national des Italo-Canadiens (CNIC).

«Le CNIC appuie le projet de loi C-302. Le projet de loi répond aux aspirations historiques de notre communauté dans la mesure où il prévoit des excuses officielles et une indemnisation. Il est important de noter que ces excuses sont essentielles pour clore ce triste chapitre de l’histoire du Canada », a soutenu un sage de la communauté italienne, Nino Colaveccio rapporté dans le communiqué.

Nino Colaveccio n’est rien d’autre que l’ancien président du Congrès national des Italo-Canadiens (CNIC) et aussi l’ancien président de l’Association des entreprises professionnelles italo-canadiens. À noter que, la Chambre des communes devrait voter en troisième lecture sur le projet de loi C-302 le mercredi 28 avril 2010 et, si adopté, il sera renvoyé au Sénat où son adoption sera finalisée.

Récemment, lors d’une entrevue accordée à l’Agence de presse «Média Mosaïque», M.Pacetti déclarait que «dès que votre nom se terminait par un « i » ou par un « e », vous étiez mal perçu comme Italien il y a quelques décennies au Québec». Une réalité qui rappelle étrangement celle des Musulmans ou Arabophones d’aujourd’hui. 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr B.Niro ( le député fédéral libéral, maintes fois rélu dans Saint-Léonard/Saint-Michel, Massimo Pacetti)