Pour éviter un refus au consulat américain

258

MONTRÉAL – Près de la moitié des demandes de visas effectuées au consulat US de Montréal se sont soldées par un refus. Pourtant, il suffit de réunir de simples conditions, si l’on en croit les propos de la vice consule Tracy Naber.

En effet, sur invitation du consulat américain de Montréal, une équipe de l’Agence de presse  MÉDIAMOSAÏQUE y a effectué une visite des lieux la semaine dernière. La vice-consule Tracy Naber, qui octroie les visas en personne, en a profité pour nous décrire le profil type du postulant idéal.

«Chaque demandeur qui arrive à mon guichet, il doit me prouver qu’il a des liens forts au Canada, des liens familiaux, professionnels, financiers, des liens d’études», a prévenu  Mme Naber.

Tracy Naber, qui a révélé que le consulat US de Montréal reçoit entre 180 et 200 demandes par jour, a expliqué que «plus le postulant réunit ces conditions, plus il est automatique pour lui d’obtenir un visa pour aller visiter ou travailler aux États-Unis».

Un citoyen canadien n’a pas besoin d’un visa pour se rendre aux USA, selon les lois actuellement en vigueur. Cependant, si ce dernier projette de s’établir pendant longtemps au pays de l’Oncle Sam, il doit en avoir un, sans quoi il n’aura aucun statut légal là-bas.

Le visa est en revanche obligatoire aux personnes qui détiennent un statut de résident permanent, d’étudiant ou de visiteur au Canada et qui, pour une raison ou une autre, veulent effectuer une visite aux USA.

Ordinairement, ce sont ces gens-là, fraîchement installés au Canada, dépourvus du moindre antécédent susceptible de jouer en leur faveur, qui sollicitent un visa auprès du consulat américain de Montréal.

Selon Mme Naber, il y a de ces gens qui viennent à son guichet  sans apporter aucune pièce (les mains vides) pouvant lui permettre de déduire qu’ils ont des liens solides au Canada. « Il y en a  qui vous disent : je veux un visa! Moi, je leur réponds : ça marche pas comme ça!», a-t-elle raconté, sourire en coin.

Elle précise que chaque cas est unique. Mme Naber dément les informations selon lesquelles, plus la personne a de la parenté aux USA, plus elle a des chances de se faire refuser le visa. «C’est faux, dit-elle, il suffit que cette personne me prouve qu’elle vit et qu’elle travaille au Canada».

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Hubert Molaire (La vice consule délivrant les visas au Consulat américain à Montréal, Tracy Naber, en train de répondre aux questions d’un journaliste de l’Agence de presse MÉDIAMOSAÏQUE)