Petit Maghreb: soccer et liesse populaire, la police créerait un précédent (ENTREVUE)

982

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – «On a vu la communauté portugaise, la communauté grecque lors de l’Euro, sans oublier la communauté italienne en 2006 pour la Coupe du monde, on n’a jamais vu la police antiémeute se présenter», a fait remarquer Lamine Foura du «Congrès Maghrébin au Québec (CMQ)».

En effet la liesse populaire subite qui a prévalu dans le «Petit Maghreb (Est de Montréal)» suite à la victoire de l’Algérie aux dépens de l’Égypte dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde, avait attiré l’attention du SPVM qui avait illico dépêché une escouade de la police antiémeute sur place.

Lamine Foura, de préciser, «à ma connaissance, jamais la police antiémeute n’a débarqué pour contenir une manifestation de joie similaire» d’une communauté culturelle quelconque suite à la victoire du pays d’origine dans une compétition internationale de soccer.

Montréal-Nord, serait l’élément déclencheur?

«Maintenant, est-ce que après ce qui s’est passé à Montréal-Nord, les policiers sont devenus beaucoup plus préventifs?», s’est demandé l’activiste qui est également animateur de plusieurs émissions destinées à la communauté maghrébine.

Le responsable du «Congrès Maghrébin au Québec», Lamine Foura, qui était en entrevue avec un journaliste de l’Agence de presse Médiamosaïque, pense que «c’est plutôt le message inverse qu’on veut nous envoyer».

«Ça risque d’avoir l’effet inverse, car pourquoi la présence d’une police antiémeute en face de personnes qui veulent juste manifester leur joie en dansant, en chantant avec la  présence de beaucoup de femmes et de leurs enfants et qui n’agitaient que des drapeaux?», s’est-il à nouveau demandé.

Une provocation inutile selon le CMQ

Affirmant que le CMQ a réalisé sa propre enquête, Lamine Foura dit admettre que «la présence de la police est très importante pour encadrer, mais dans ce cas-ci, la police antiémeute était là pour chercher l’émeute parce qu’il n’y avait pas d’émeute».

Foura dit demeurer convaincu de son point de vue, parce que les premières victimes d’une éventuelle émeute seraient les Maghrébins eux-mêmes, a-t-il dit, vu que, ce sont ces derniers qui possèdent la plupart des commerces, restaurants, ayant pignon sur rue dans le «Petit Maghreb».

«Le problème c’est que rien ne laissait présager une émeute. Cependant, c’est très grave le fait de ramener sur place la police antiémeute avec leurs équipements. Le danger c’est : quel message on envoie à cette communauté?» a encore questionné M.Foura qui dit attendre des explications de la part des autorités concernées.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

Photo Cr. rnd-dz.com