Québec Pesticides:Montréal appuie Équiterre

132

L’administration Tremblay apporte son soutien au groupe environnemental Équiterre, dans sa demande au ministre du Commerce international du Canada de défendre le Code de gestion des pesticides du Québec.

 

 

 

Les démarches entreprises par Équiterre font suite à l’intention de la société américaine Dow AgroSciences de contester l’application du Code de gestion des pesticides du Québec, a rappelé Alan DeSousa, responsable du développement durable au comité exécutif à la Ville de Montréal.

«En adoptant un règlement qui interdit l’utilisation des pesticides à l’extérieur des bâtiments, notre administration a placé la santé de ses citoyens, la qualité de vie de ses quartiers et la préservation de l’environnement au centre de ses préoccupations» a fait valoir M DeSousa dans un communiqué dont une copie a été envoyée à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

DeSousa, de poursuivre, «cet appui au groupe Équiterre est à l’image de notre volonté de maintenir la réglementation qui encadre l’utilisation des pesticides telle qu’elle est actuellement. Ce règlement respecte un engagement du Sommet de Montréal tenu en 2002 et reflète l’intérêt de la Ville à faire tout en son pouvoir pour promouvoir le développement durable sur son territoire».

En effet, depuis 2004, le Règlement sur l’utilisation des pesticides (R.V.M. 04-041)  interdit l’utilisation des pesticides à l’extérieur des bâtiments sur tout le territoire de Montréal. Advenant que les solutions écologiques mises de l’avant ne donnent pas les résultats escomptés, le règlement autorise l’utilisation de certains pesticides à faible impact. Dans les cas plus sévères et sous certaines conditions, il est possible d’obtenir un permis d’utilisation de pesticides auprès de son arrondissement, d’après ledit règlement.

La Direction de l’environnement et du développement durable de la Ville de Montréal a développé avec ses partenaires : le Jardin botanique et les 19 arrondissements, un important programme de sensibilisation ayant pour objectif de réduire l’utilisation des pesticides et d’assurer la protection de la santé publique et des écosystèmes urbains, a rappelé M.DeSousa.