Le malheur d’Haïti, «un marché conclu entre les Haïtiens et le diable» ? (RELIGION)

195

Sortie hors du commun d’un télévangéliste américain. Commentant la catastrophe survenue en Haïti le 12 janvier qui a fait des milliers de morts dans la capitale haïtienne, le dénommé Pat Robertson a osé établir un lien logique, à son avis, entre le malheur d’Haïti et la religion de Dieu?

Remous aux États-Unis et même en France

La controverse suscitée par la tenue de tels propos a même contraint la Maison Blanche, par la voix de son porte-parole, à dénoncer son auteur. «Haiti: La faute à Napoléon», a, de son côté, titré le quotidien français Libération, consulté à Montréal par la rédaction de l’Agence de presse «Média Mosaïque».

L’homme d’affaires de la bonne parole vulgarisant sa thèse: «Devil’s pact of Haiti» prêchait le mercredi 13 Janvier 2010 sur sa chaîne Christian Broadcasting Network. Ainsi, déclarait-il et je cite: «Quelque chose s’est produit il y a très longtemps à Haïti, dont les gens ne veulent peut-être pas parler. Les Haïtiens étaient sous la botte des Français, Napoléon III et tout ça…. Ils se sont rassemblés et ont conclu un pacte avec le diable. Ils (les Haïtiens) ont dit: Nous te servirons si tu te débarrasses des Français. C’est une histoire authentique!. Le diable a dit marché conclu ». Et ils ont bouté les français dehors (…). Mais depuis lors, ils sont maudits.
Cette île est coupée en deux. D’un côté, il y a Haïti désespérément pauvre, de l’autre la République Dominicaine, prospère, saine, avec plein de stations balnéaires. La même île. Et M. Pat Robertson d’ajouter que : La solution est que les Haïtiens doivent se tourner vers Dieu et nous devons prier pour eux». Fin de citation.

Mes commentaires

À cette escalade de réflexion, on est en droit de demander à cet évangéliste si le réchauffement de la planète est un pacte que la terre a signé avec le diable, si tous les malheurs qui s’abattent sur le monde seraient la cause d’un pacte que le monde aurait signé avec le diable.

De toute évidence, ce berger perdu qui a une aura extraordinaire et qui exploite les ondes pour classer Haiti dans un angle de l’axe du Mal fait réfléchir énormément sur le caractère bestial de la religion aux regards de l’amour fraternel, de la compassion tant propagés par Jésus-Christ.

On est en droit de se demander, quelle est la place de Napoléon Bonaparte dans cette situation actuelle au point de lui rendre fautif des maux que nous souffrons? Notre indépendance acquis au prix de durs combats, gêne-t-elle encore 206 ans après? C’est inimaginable !

Après des siècles d’exploitation, Haiti semble ne pas sortir de l’ornière des jaloux de sa liberté comme première nation libre et indépendante. Que ces malades de la religion qui voient dans les malheurs qui s’abattent sur Haïti l’œuvre d’un Dieu Méchant et cynique sachent qu’Haïti a un passé et une histoire. Le goût de la liberté humaine, ce pays l’a partagé aux autres nations qui sont devenues ce qu’elles sont aujourd’hui : riches ou pauvres.

Haïti était, est et sera toujours Haïti, une nation unique en son genre allaitant un peuple fier, courageux et héroïque.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

  • René Préval, un président destitué par un «coup d’État écologique»
  • Le malheur d’Haïti, «un marché conclu entre les Haïtiens et le diable» ? (RELIGION)
  • Liste de célébrités politiques ou artistiques décédées ou pas en Haïti (CONFIRMATION)
  • Vers l’accueil des sinistrés haïtiens ayant de la parenté au Canada? 
  • «France 24» dépêche sur place son journaliste d’origine haïtienne
  • Entre 60 et 80 % de la ville de Jacmel sous les décombres
  • Stress d’enfer pour l’Haïtien du dehors ou de l’étranger
  • L’administration Tremblay solidaire des sinistrés de Port-au-Prince (SÉISME/JUMELAGE)  
  • Haïti détruite, le Québec et la communauté haïtienne se mobilisent (SÉISME)
  • La nature se déchaine en Haïti. Port-au-Prince sous les décombres (SÉISME)  

     

    PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Google/Portraits (Le feu empereur français Napoléon Bonaparte, à sa droite, le feu empereur haïtien Jean-Jacques Dessalines, surnommé le père de la patrie d’Haïti. Sous la férule de ce dernier, le 1er janvier 1804, les indigènes d’Haïti avaient vaincu les troupes napoléoniennes,  la plus grande armée au monde à l’époque)

  •  

    *Fernand Jean-Louis est titulaire d’une maîtrise en communication (UQÀM). Il est homme d’affaires, co-propriétaire de l’agence WAPEX et co-responsable d’un nouveau centre multiethnique à Montréal.