Ignatief: opération de charme dans les communautés

548

En tournée dans la province du Québec, le nouveau leader du Parti libéral du Canada en a profité pour mener une campagne de séduction auprès des communautés culturelles, selon ce qu’a rapporté l’Agence de presse «Média Mosaïque».

 

 

 

 

En effet, sur invitation de l’organisme «Carrefour des communautés du Québec (CCQ)», le chef de l’opposition officielle à la Chambre des communes, Michaël  Ignatief,  accompagné des députés Denis Coderre et Justin Trudeau, a rencontré des représentants de plusieurs communautés culturelles le 15 mars dernier à l’ l’hôtel Holiday In à Montréal.

Le poids politique des Néo-canadiens au menu

Lors de cette activité, le président du CCQ, Christian Martin, a mis la table en soulevant le poids numérique des Néo-canadiens, le rôle de plus en plus prépondérant de ceux-ci dans la sphère politique actuelle au Québec et au Canada.

L’entrée en matière de Christian Martin a permis au leader du Parti libéral du Canada de faire valoir sa perception du rôle et de l’importance des Néo-canadiens sur l’échiquier politique.

D’entrée de jeu,  Michaël  Ignatief a soutenu  qu’il n’est «pas venu à la rencontre pour parler, mais pour écouter. Car nous apprenons beaucoup plus en écoutant qu’en parlant», a-t-il déclaré. Des propos qui lui ont valu une ovation spontanée de l’assistance qui oscillait autour de 90 personnes.

Rencontre ponctuée d’applaudissements

Cependant, l’un des moments forts de cet échange a été la minute où l’un des intervenants a rappelé que Michaël Ignatief «est le premier politicien à exiger d’Ottawa la reconnaissance du peuple québécois comme une nation». Standing ovation de plusieurs minutes à cet instant précis, avait constaté un journaliste de l’Agence de presse «Média Mosaïque».
 
D’autres sujets abordés lors de cette rencontre, tels que la représentation des minorités au sein de la prochaine plateforme électorale du PLC. Ignatief a soutenu qu’il est du devoir de chacun de promouvoir sa candidature. Le Parti libéral est un parti démocratique et très attaché  aux règles démocratiques, a-t-il poursuivi en ce sens.

Le chef libéral  a également parlé  de la nécessité de protéger les emplois au Canada et a aussi fait part de son malaise face aux exportations qui se font plus en plus vers des pays où les droits de l‘homme sont bafoués.

Des intervenants ont demandé à Ignatief de présenter une alternative aux défis que représente la problématique de la réunification familiale. La reconnaissance des diplômes acquis à l’extérieur du pays (ce qui est du ressort du domaine provincial) et des demandes d’intervention du Canada dans les affaires internes  du pays d’origine de certains participants ont été aussi à l’ordre du jour.

(PHOTOS) En haut, M.Igniatief (debout) s’adresse aux invités. En bas, une vue partielle de l’assistance.

Plus de détails sur cette rencontre dans le numéro à paraître au mois d’avril du magazine « Le Carrefour des opinions».