Obama: Denise Bombardier voit les Noirs autrement

54

Denise Bombardier, cette grande gueule qui dit tout haut ce que certains pensent tout bas, est laudative envers Barack Obama. Sauf qu’en une phrase, elle a laissé tomber son masque. Tant mieux qu’Obama ait changé sa vision de la question raciale!

Son article, paru dans l’édition du Devoir en date du 25 janvier, dont des extraits sont repris par l’Agence de presse «Média Mosaïque», est pourtant un chef d’oeuvre. Mme Bombardier sert une bonne claque aux «pessimistes» qui tentent de bouder le plaisir, l’ivresse des Américains et du monde suite à l’élection de Barack Obama.

«Les pessimistes sont des empoisonneurs d’espoir», écrit  cette intellectuelle dont le  franc-parler hors-pair et l’aisance, tant à l’oral qu’à l’écrit, font le charme des locuteurs avertis et passionnés de la langue française.

Elle vante les qualités surhumaines «de ce garçon surdoué, fruit du métissage racial mais aussi culturel» en affirmant que l’ascension de l’actuel président américain «marque une rupture profonde de notre culture occidentale».

Pour clouer le bec des détracteurs d’Obama, Denise Bombardier a ingénieusement comparé le 44e président des États-Unis à Dieu. Une association pourtant faite à dessein par ces mêmes «pessimistes», à leur manière, pour banaliser les talents de l’ex-sénateur de l’Illinois.

«Un homme ne peut pas changer la nature humaine. Barack Obama ne fera pas disparaître la misère, n’abolira pas les injustices sociales, n’éliminera pas la pauvreté. Obama n’est pas Dieu, et même Dieu n’y arrive pas. Mais pourquoi faudrait-il que les pessimistes de malheur nous communiquent la lourdeur de leur vision?», a-t-elle plaidé.

Dans sa ferveur «obamaniaque», Mme Bombardier, de poursuivre, «on peut penser que si cet homme, inspiré, entouré de gens plus compétents les uns que les autres, cet homme pragmatique, libéré des dogmes, ne réussit pas à éviter la catastrophe anticipée, personne ne le fera(…)».

Cependant, aussi brillante qu’elle soit, elle n’a pu éviter une gaffe à la Doc Mailloux. «Grâce à lui (Obama,Ndlr), notre regard de Blancs sur les Noirs change», a-t-elle osé endosser avant d’évoquer dans le même paragraphe que «Barack Obama estompe notre regard, en quelque sorte, premier pas vers une réelle banalisation des différences raciales.»

Fallait-il qu’Obama devienne l’homme le plus puissant de la planète pour que Denise Bombardier admette qu’il n’y avait jamais de supériorité entre les Blancs et les Noirs? La question reste posée. À elle de répondre, à vous d’en juger !

Sur le même sujet:


*Investiture: «Miss France» 2009 fond en larmes à Washington VIDÉO)


*Dre Aoua B. LY-TALL: Obama: un Rayon de soleil sur l’Humanité


*J-M. MOUSENGA: La dignité de l’homme noir restaurée par B.Obama


*Barack et Michelle langoureusement… Beyoncé craque (VIDÉO)