Moschino refuse la démission de Bédard (FESTIVAL MUSIQUE HAITIENNE)

538

Le PDG du FIMHM répond négativement à la lettre de démission de son directeur des ventes, Louis Bédard Josil. Jean-Junior Rémy , alias Moschino, confie n’avoir pas été touché officiellement par ce geste inattendu de son collègue qu’il considère encore comme «un ami».

Décision rejetée par le CA du FIMHM

M.Rémy n’apprécie pas cette façon de faire de M.Josil. Il révèle avoir été la veille en sa compagnie. «On parlait de tout et de rien et aucun indice ne laissait présager que Bédard allait prendre une telle décision», a confié le numéro un du Festival international de musique haïtienne de Montréal qui pense que ce dernier subirait des pressions de la part de sa famille.

«Il a préféré remettre la lettre à ma femme. Ce n’est pas normal, je suis vraiment surpris et choqué par son comportement et c’est la raison pour laquelle je suis resté bouche bée», a commenté Moschino en entrevue  à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Il précise qu’«il revient au conseil d’administration de l’entreprise de voter, d’approuver ou de désapprouver une telle décision» de son ex-bras droit. Car, dit-il, «cela ne se fait pas de cette manière en Amérique du Nord».

«Je n’accepte pas la démission de Bédard et les autres membres du conseil d’administration n’acceptent pas cette démission. Pour l’accepter, il faut que la compagnie se débarrasse de ses dettes et à ce titre tous les actionnaires de l’entreprise sont responsables», a fait valoir Jean-Junior Rémy.

Conflit avec Estofa?

M.Rémy dément, par ailleurs, les rumeurs selon lesquelles le promoteur et hommes d’affaires prénommé Estofa, l’initiateur du premier «Compafest»de Montréal, aurait menacé de récupérer son festival qui lui aurait été ravi par l’équipe du FIMHM.

«Au contraire, Estofa m’a appelé et  je l’ai rencontré à plusieurs reprises. Je lui ai fait part de ma décision de faire en sorte que le Festival devienne beaucoup plus international et que je serais prêt à lui laisser le volet konpa. Il me reste à m’entendre avec lui sur le pourcentage qui devait être alloué à chacune des deux parties», a-t-il révélé.

Moschino rectifie également qu’«il n’y a aucune rivalité entre moi et Estofa. Des mauvaises langues ont même prétendu que je serais l’agresseur ou le commanditaire de l’incident malheureux qui lui est arrivé récemment. Les gens disent n’importe quoi sans se donner la peine de s’informer ou de vérifier. Estofa est plutôt un partenaire avec qui le FIMHM travaille».

Le No un du FIMHM a, en outre, fait savoir que les festivaliers et les amants de la musique dansante haïtienne seront informés des prochaines activités de la compagnie. Tout en invitant son collègue Bédard à rejoindre le staff, Moschino annonce pour bientôt l’arrivée de plusieurs groupes, dont les plus sollicités, dans la métropole québécoise.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com  Articles reliés:

Un poids lourd abandonne le navire (FESTIVAL MUSIQUE HAÏTIENNE DE MONTRÉAL)

Images d’archives/Cr LeGroov.com (à gauche, Junior Rémy Pierre en compagnie de Louis Bédard Josil, à droite, et de sa fille Bélinda Josil, au centre)