Montréal: les Haïtiens affrontent un déluge pour danser en plein air (4e FIMHM)

82

Une preuve irréfutable du fort potentiel de la culture haïtienne dans la diaspora à Montréal. Samedi 11 juillet, le jour du lancement des spectacles en plein air du Festival international de la musique haïtienne de Montréal, la météo faisait voir de toutes les couleurs aux organisateurs du FIMHM au point où l’annulation de la journée était même une option envisageable.

La pluie tombait avec rage

Mais c’était ignorer l’engouement inédit des gens pour cette fête du konpa qui, définitivement, s’installe dans le paysage artistique québécois et canadien, seulement quatre années après son lancement controversé à Laval. On se le rappelle, l’administration Tremblay avait catégoriquement refusé d’accorder un de ses nombreux parcs aux initiateurs de ce Festival.

En effet, contre toute attente, malgré une pluie battante et intermittente, et ce, pendant quasiment toute la journée, les Haïtiens (plusieurs milliers) se sont rués vers le parc Jean-Drapeau. Un comportement qui, culturellement, tranche avec les moeurs haïtiennes. «Les Haïtiens craignent beaucoup plus la pluie que les balles (réélles)», stipule un vieil adage, bien connu du pays d’origine.

Des performances malgré tout mémorables

Aux cris d’un public cloué sous la pluie, mais conquis d’avance, les différents groupes et artistes ont, sans le moindre incident, exécuté la programmation du jour. Épargnés, de leur côté, des averses qui s’abbataient sur le parc, les musiciens ont, comme à l’accoutumée sur le podium, mis leurs talents à contribution pour faire oublier les caprices de la météo et éviter les temps morts.

Il importe de signaler que la jeune formation musicale de Floride «Harmonik» avait particulièrement attiré l’attention du public. Celle-ci avait choisi de rendre un hommage bien mréité au «roi de la pop», Michael Jackson, décédé récemment.

Avec une certaine maestria, le groupe a interprêté plusieurs extraits du répertoire de Jackson avant d’enchâiner avec le sien.  Mac-D de «Harmonik» avait visiblement atteint le «point G» de la foule en reproduisant avec une quasi perfection le fameux «moonwalk» de Michael.

Enfin, pour démontrer aux fans qu’il existe d’abord et avant tout une solidarité entre les musiciens, le talentueux rappeur et tambourineur de «Djakout Mizik», Shabba, a fait une apparition éclair sur la scène alors que T-Vice performait. Un geste prouvant que la polémique n’est rien d’autre qu’une farce simulée dans l’unique but de créer du buzz pour garder les mélomanes en haleine.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM: Gros plan sur la  4e édition du FIMHM

Montréal: le Festival international de la musique haïtienne version 2009 en salle (IMAGES)
Montréal: la fête de la musique bat son plein dans la communauté haïtienne (FESTIVAL)
Luck Mervil : le festival konpa le plus métissé au monde est à Montréal
Le festival konpa de Montréal promet d’être plus spectaculaire


Photo MEDIAMOSAIQUE.COM Hubert Molaire (Les festivaliers dansant sous la pluie samedi 11 juillet 2009 au parc Jean-Drapeau)