Lynda Thalie: choyée par les Québécois, rejetée par les immigrants?

679

MONTRÉAL – Dans l’entourage de Lynda Thalie, qui vient de lancer son troisième album à Montréal, on se plaint de la très faible affluence de la clientèle immigrante aux différentes représentations de la star d’origine algérienne.

Le lancement de ce troisième album intitulé «La rose des sables» a eu lieu le 23 septembre dernier au 1004 Ste-Cathreine Est à l’Olympia. Et, pour l’occasion, le public avait eu droit à une prestation de l’artiste.

Mis à part les admirateurs de la chanteuse, les représentants des médias qui y étaient pour assurer la couverture, d’autres invités de marque de la communauté algérienne avaient aussi fait acte de présence.

Citons entre autres, le consul général d’Algérie, Abdelghani Amara, l’ex-ambassadeur du Canada en Algérie, Robert Peck, selon les informations obtenues par l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Cocktail «musiques du monde»

Avec désormais trois albums à son actif, Lynda Thalie n’est plus celle qui tente sa chance, mais plutôt une artiste aguerrie qui prend sa place au même titre que les autres dans le monde du showbiz québécois.

Tout le monde est d’avis que la singularité et la contribution de Lynda en tant qu’artiste issue de la diversité ont permis d’enrichir le répertoire musical du Québec en termes de rythmes exploitant le courant «musiques du monde».

Dans son troisième opus «La rose des sables» plus précisément, paru sous le label Musicor, Lynda Thalie a, en effet, offert un mélange intéressant de rythmes de l’Orient mêlés à la sauce latine. Achetez un exemplaire et vous verrez ce que ça donne!

Tiède appui des communautés envers Lynda

À noter que dans l’entourage de Lynda Thalie, on s’interroge sur le faible appui de la clientèle issue de la diversité. Si les immigrants sont sans doute, et cela on peut le présumer,  fiers de la voir gravir des échelons dans le paysage artistique québécois, cependant, ils tardent encore à manifester un appui non équivoque à son endroit.

Dans des échanges avec l’Agence de presse «Média Mosaïque», un membre du staff très rapproché de Lynda, dont nous choisissons de taire le nom, a révélé que très peu de fans issus de l’immigration la soutiennent dans les faits.

«Ce sont des Québécois de souche qui assistent ordinairement aux spectacles de Lynda Thalie, même la communauté algérienne de laquelle elle est issue ne vient pas…», a précisé notre source.

Arrivée ici à l’âge de 16 ans, devenue épouse d’un Québécois dit «de souche», son agent Patrick Cameron, de qui elle vient d’avoir deux jumeaux en janvier 2008, Mme Thalie est pourtant toujours très fière de ses racines algériennes.{jcomments off}