Luck Mervil : le festival konpa le plus métissé au monde est à Montréal

358

Qu’il soit en Haïti ou ailleurs dans le monde, c’est à Montréal que le festival konpa attire le plus de mélange ethnique. Ainsi, Montréal est sur le point de devenir la porte d’entrée du konpa sur le marché international, tel est le point de vue du chanteur québécois Luck Mervil en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

«Quand tu vas à Miami, à Boston, à New-York, en Europe ou en Haïti, ce ne sont quasiment que des Blacks qui se donnent rendez-vous à cette fête du konpa, tandis que dans le festival de Montréal, tu retrouves plein de Québécois, de Latinos ou d’autres nationalités», a illustré l’artiste à nos micros.

Mervil à nouveau porte-parole

Très impliqué dans sa communauté d’origine et dans la société d’accueil, Mervil a été choisi par le groupe spectacle «SakpaseMontréal» pour agir pour la deuxième fois à titre de porte-parole du Festival international de la musique haïtienne de Montréal (FIMHM).

Mercredi 17 juin à l’hôtel Days Inn, Luck Mervil était d’ailleurs aux côtés du président du groupe, Junior Rémy Moschino et du jeune et hyperactif animateur de konpa, Georges Siméon (alias GS), pour la conférence de presse en prélude au festival qui se tiendra du 8 au 12 juillet à Montréal.

Pour permettre aux natifs d’Haïti et aux journalistes québécois présents de se frotter à la culture créole, un groupe  (tendance racine vaudou- Voir photo en haut) a exécuté quelques morceaux de son répertoire avant de faire place nette aux conférenciers du jour, a rapporté l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Le support des gouvernements attendu en vain

Cette rencontre avec les médias a été notamment marquée par une discussion fort animée autour  du retrait de certaines subventions gouvernementales alors que le FIMHM misait énormément sur ce coup de pouce des gouvernements pour s’affirmer davantage sur le terrain à l’orée de ses cinq premières années d’existence.

Même la Ville de Montréal, qui devait être fière de voir le bonheur que nous apportons aux Montréalais, a refusé de nous assister cette année, a critiqué Moschino qui informe pourtant avoir déposé toutes ses demandes de subventions à temps au mois d’octobre. En clair, des mauvaises surprises, du côté du secteur public. Déception encaissée également au niveau du secteur privé des affaires: la perte d’un sponsor majeur, Western Union. Pourtant, ces refus ne semblent nullement affecter le moral des organisateurs.

Calendrier et programmation du festival

À Francine Grimaldi de Radio-Canada qui suggère au FIMHM de bien programmer son événement pour éviter de se faire bouffer par de gros compétiteurs (la quatrième édition tombe en plein Festival de jazz, un événement musical très couru à Montréal), le président du groupe «SakpaseMontréal» rend encore une fois responsable la mairie de Montréal qui impose, selon lui, les dates et les lieux de façon unilatérale.

Opinant, de son côté, à propos de la qualité des spectacles offerts au public, un journaliste de «Média Mosaïque» a évoqué les longs délais souvent constatés le temps qu’un groupe enchaîne après la prestation d’un autre. Georges Siméon a assuré que des dispositions ont été prises en ce sens pour que les groupes n’aient plus à faire languir les festivaliers.

À noter que, le FIMHM s’ouvrira à d’autres cultures ou rythmes musicaux à lors de sa 5e édition en 2010. Cet événement ne sera plus  consacré uniquement à la culture haïtienne. Tout en faisant la promotion de celle-ci, les organisateurs se proposent également d’accueillir des artistes et groupes provenant de l’Amérique latine, de la Caraïbe et de l’Afrique.

 

 L’équipe de «Média Mosaïque» vous suggère:

Luck Mervil et Tania Kontoyanni attendent enfin l’arrivée d’un garçon 

Le festival konpa de Montréal promet d’être plus spectaculaire 

Arly Larivière: l’artiste haïtien qui roule la voiture la plus chère

«King Posse» de retour, semble-t-il, pour de vrai! 

Montréal a désormais ses «Créolofolies» au parc La Ronde 

 

 Photos MEDIAMOSAIQUE.COM

Les trois conférenciers du jour (de gauche à droite): Luck Mervil, Junior Rémy Moschino et Georges Siméon le mercredi 17 juin à l’hôtel Days Inn au centre-ville de Montréal