Louise Harel honorée dans la communauté musulmane (HOMMAGE)

361

SAINT-LAURENT – La chef du parti «Vision Montréal» a la cote dans la communauté musulmane. Une plaque d’honneur lui a été remise par les dirigeants d’une école desservant cette communauté en présence de plusieurs dizaines de Montréalais d’origine musulmane, a constaté sur place un journaliste de l’Agence de presse québécoise Médiamosaïque.

 

Contribution saluée

En effet, lors d’une cérémonie au cours de laquelle Louise Harel a été reçue en audience le 30 octobre dernier à l’École Ali Ibn Abi Talib dans l’arrondissement de St-Laurent, les efforts de la No 1 de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal en vue de l’intégration des Musulmans ont été unaniment salués par l’assistance constituée majoritairement de parents d’élèves.

Visiblement émue par ce geste auquel elle ne s’attendait apparemment pas, la chef du parti municipal «Vision Montréal» , en a profité pour remercier toute la communauté musulmane qui a malheureusement, a-t-elle pris le soin de mentionner, la triste réputation de bouder les consultations électorales organisées à travers la Province.

 

Les Musulmans ne votent pas?

«C’est un reproche, mais c’est une réalité», a assumé Rawaa Merhi, la directrice de l’établissement qui a précisé justement que l’honneur fait à Mme Harel constitue une manifestation visible de cette masse critique qui pousse désormais les Musulmans à s’ouvrir davantage vers les autres communautés et vers les gens de la société d’accueil.

L’appel fait à Karim Dakdouk, un jeune universitaire parfaitement trilingue (français, anglais, arabe) issu de la communauté, pour représenter «Vision Montréal» dans le cadre de la partielle du 21 novembre 2010 (district Côte-de-Liesse), participe de cette démarche, croit Mme Harel qui pense que ce choix va révéiller les plus réticents.

Karim Dakdouk affirme avoir lui-même vu ce changement d’attitude. «Les gens qui étaient plus passifs envers la politique commencent par se sentir concernés parce qu’ils me voient au front», a-t-il confié à l’Agence de presse «Média Mosaïque». Kakdouk juge aussi que son message passe également très bien auprès des gens de «souche» qui semblent admirer sa jeunesse et sa fougue.

 

Un signe d’ouverture de la communauté

Interrogée sur les raisons de la présence de Mme Harel à cette école, une des initiatrices de cette activité, Samira Laouini, ex-candidate NPD dans Montréal-Nord, a fait savoir que l’ex-ministre péquiste a été invitée dans le but d’inciter les parents musulmans à participer positivement à la vie citoyenne en discutant avec des personnalités d’importance de la vie politique de Montréal, du Québec et du Canada.

Lors de cette rencontre, la chef de «Vision Montréal» a été invitée à se familiariser avec les différentes installations de cet établissement scolaire dont la capacité d’accueil avoisine les 350 élèves. Fondée en 1991, l’École Ali Ibn Abi Talib, sise au 1610 de la rue Beauharnois Ouest à Montréal, dispose en effet d’une halte-garderie et ses classes vont de la prématernelle au secondaire.

La demande est à la hausse pour cette école privée subventionnée qui a récemment compté deux lauréats aux éxamens du MELS (Ministère de l’Éducation, des Loisirs et duSports) dans ses effectifs. Malgré la distance, plusieurs parents d’origine musulmane, habitant les villes avoisinantes (Laval, Longueuil, Rive-Nord, etc), ont préféré confier leurs enfants à cet établissement dont l’enseignement est réputé proche de leurs valeurs culturelles.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut, debout, Louise Harel, en train de recevoir la plaque d’honneur des mains de Rawaa Merhi, la directrice de l’École Ali Ibn Abi Talib, à droite, Karim Kadkouk, assis. En bas, Mme Harel pose avec Samira Laouini, à gauche et avec Rawaa Merhi à droite. Ensuite  une vue de l’assistance lors de cette rencontre le 30 octobre 2010 dans l’arrondissement de Saint-Laurent)