Line Beauchamp: la 2e édition du Forum a lancé « un signal fort »

376

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Le gouvernement du Québec, qui fait actuellement d’Haïti l’unique priorité de ses relations internationales, estime que la tenue de la deuxième édition du Forum d’Affaires Québec-Haïti a lancé  » un signal fort  » à la communauté des affaires au Québec et au reste du Canada.

Accordant le bénéfice du doute aux nouvelles autorités d’Haïti, la vice-première ministre du Québec, qui occupe également le portefeuille du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, dit attendre que soient réellement mises en place « des structures d’accueil pour les investisseurs » en Haïti.

 » Je pense que c’est un défi qui appartient au gouvernement haïtien. Le gouvernement québécois va jouer son rôle, sûrement la diaspora haïtienne, ici en terre québécoise, doit aussi jouer son rôle pour qu’on ait de bonnes structures d’accueil pour les investisseurs « , a déclaré Mme Beauchamp qui livrait au micro de l’Agence de presse Médiamosaïque ses impressions à la fin du Forum.

 

Ci-dessous, l’intégrale de cette entrevue:

 

MÉDIAMOSAÏQUE: Line Beauchamp, vous êtes la vice-première ministre du Québec et vous représentez le gouvernement du Québec à ce Forum d’affaires, quel est le principal message que vous aviez voulu faire passer?

LINE BEAUCHAMP: Premièrement je suis la députée qui représente Montréal-Nord à l’Assemblée nationale du Québec, j’ai une importante diaspora haïtienne dans mon comté, j’étais ici en compagnie d’Emmanuel Dubourg qui représente également la communauté haïtienne à l’Assemblée nationale. 
Le message qu’on voulait lancer, c’est que, pour le gouvernement québécois, la priorité dans ses relations internationales, dans ses dossiers de soutien et d’aides et d’aides d’urgence, d’investissements, c’est Haïti.

On veut le faire en respectant les priorités du gouvernement haitien. Pour nous, la présence ici du ministre du Commerce d’Haiti, de la ministre du Tourisme d’Haiti, c’est très important parce qu’on doit construire, reconstruire mais sur les bases priorités bien identifiées par Haïti.

Ensuite, on a voulu lancer le signal qu’il faut avoir des investisseurs privés. Nous déjà sur le site Internet de notre propre ministère du Développement économique on a mis des informations sur les opportunités d’affaires en Haiti pour montrer aussi que si on veut faire affaires avec Haïti qu’il y a certains caractéristiques qu’il faut respecter : être bien en lien avec les populations locales, par exemple, être patient, ne pas s’attendre à un rendement du jour au lendemain, prévoir des investissements qui sont à plus long terme et qui vont rapporter beaucoup.

Donc le signal que l’on voulait envoyer c’est qu’on est partenaire du peuple haitien. On a besoin que le gouvernement d’Haïti soit clair dans ses priorités, que les liens de communications soient très efficaces, mais on en doute pas.

Dès la première moitié en l’an 2012, il y aura un représentant du Québec dans les bureaux de l’ambassade canadienne et ce représentant servira justement à bâtir les bons liens avec le gouvernement haitien de façon à bien identifier les opportunités d’affaires  pour les Québécois

 

MÉDIAMOSAÏQUE: Est-ce que le gouvernement du Québec, qui dans les faits multiplie les initiatives pour se rapprocher d’Haïti, perçoit vraiment de l’intérêt du côté du secteur privé des affaires du Québec à vouloir investir en Haïti?

LINE BEAUCHAMP: Du côté du gouvernement du Québec, on travaille beaucoup sur l’échange d’expertise au niveau de la gestion publique de l’État haitien. On pense que ça c’est un rôle premier. Deuxièmement, il  y a déjà des gens  qui sont déjà sur le territoire haïtien, y compris du secteur financier, par exemple le Mouvement Desjardins, l’importante coopérative qu’on a ici au Québec qui soutient les coopératives locales en Haïti.

Mais maintenant, on ne peut pas parler avec des lunettes roses, on sait que parler d’investissements en Haïti,  c’est un défi. Il faut donc qu’on parle un vocabulaire clair, il faut qu’on soit rassurant, il faut qu’on parle de sécurité. Il faut qu’il y ait des structures d’accueil pour les investisseurs. Je pense que c’est un défi qui appartient au gouvernement haïtien. Le gouvernement québécois va jouer son rôle, sûrement la diaspora haïtienne ici en terre québécoise doit aussi jouer son rôle pour qu’on ait de bonnes structures d’accueil pour les investisseurs.

 

MÉDIAMOSAÏQUE: Mme la vice-première ministre, êtes-vous personnellement satisfaite de la tenue de ce Forum?

LINE BEAUCHAMP: Pour moi, le plus important, je pense que oui, le forum a été extrêmement intéressant, mais c’est le fait qu’on est en train de bâtir dans la continuité. C’était le deuxième forum, donc ça c’est un signal fort, c’est différent de la rencontre  qu’on a eue quelques jours après le séisme. On se réunit à la fin de 2011 et on va se réunir encore en 2012. Donc, ça c’est un signal de la continuité. On ne peut pas faire des affaires si non ne bâtit pas des relations de confiance et c’est exactement ce qui est en train de se passer ici, c’est de bâtir les bonnes relations pour reconstruire Haîti .

MÉDIAMOSAÏQUE: Merci beaucoup Mme la Vice-première ministre
LINE BEAUCHAMP: Ça a été un plaisir pour moi de vous parler Médiamosaïque

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Hubert Molaire ( La vice-première ministre du Québec, qui occupe également le portefeuille du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Line Beauchamp, en entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque)