L’ex-président US Jimmy Carter s’excuse auprès des Juifs (LETTRE OUVERTE)

128

Le prix Nobel de la paix de 2002, Jimmy Carter, se confesse auprès de la communauté juive. L’ex-président américain fait son mea culpa pour avoir offensé celle-ci pour des propos ou gestes de sa part qui auraient déplu aux Juifs ou à l’État d’Israël.

«Nous ne devons pas laisser les critiques au nom de l’amélioration stigmatiser Israël», a écrit l’ex-président démocrate dans une lettre ouverte à la communauté juive diffusée par JTA, une agence d’information juive, reprise par Assiociated Press.

L’ex-président affirme, et nous citons la dépêche : «À l’instar de ce que j’aurais fait à l’occasion de Rosh Hashanah et Yom Kippour, mais qui est approprié à toute période de l’année, j’offre une Al Het (prière implorant le pardon) pour tous mes mots ou actes qui auraient pu le faire».

Jimmy Carter, qui durant son mandat avait servi de médiateur aux accords de Camp David, ouvrant la voie au premier traité de paix israélo-arabe entre l’Egypte et l’Etat hébreu en 1979, avait provoqué l’indignation de nombreux Juifs avec son livre paru en 2006, intitulé «Palestine: la paix, pas l’apartheid», a rappelé AP dans des extraits diffusés par l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Les détracteurs de Jimmy Carter jugeaient qu’il avait injustement comparé le traitement par Israël des Palestiniens de la Bande de Gaza et la Cisjordanie au régime de ségrégation raciale qui existait autrefois en Afrique du Sud, poursuit la source.

Selon AP, les dirigeants israéliens n’ont pas non plus apprécié sa visite dans la Bande de Gaza cette année pour rencontrer des membres du Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, Israël et l’Union européenne.