Les Polonais n’aiment pas ça Radio-Canada

590

C’est «de la désinformation historique», à en croire plusieurs membres de la communauté polonaise, suite à la diffusion par la société d’État d’une nouvelle, portant sur les camps nazis en Pologne, conçue à partir de dépêches d’agences de presse.

 

 

 

À la base de cette controverse : encore une fois le dossier du présumé criminel de guerre nazi, John Demjanjuk, soupçonné d’avoir participé à l’assassinat de 29 000 Juifs dans des camps de concentration en Pologne lors de la Deuxième Guerre mondiale.

«Cette controverse est due soit à l’incompétence ou à la malveillance», a réagi au téléphone, tout en souhaitant ne pas divulguer son nom,  un intellectuel montréalais d’origine polonaise au micro de l’Agence de presse «Média Mosaïque». D’autres ont également fait part de leur colère par courriel.

En effet, selon Radio-Canada, qui a vraisemblablement utilisé des dépêches d’agences, dont l’AFP et Reuters : «Demjanjuk lutte depuis plusieurs années pour éviter d’être déporté. Son cas a toutefois été ravivé après qu’il eut été formellement inculpé d’avoir mené des Juifs dans des chambres à gaz au camp polonais de Sobibor.»

L’info en question a été publiée le 6 avril  2009. Or, en réalité, il n’y a jamais eu de «camp polonais», à proprement parler (ce qui pourrait facilement laisser comprendre que les Polonais qui subissaient l’occupation des nazis allemands étaient, eux aussi, des bourreaux),  mais plutôt des camps construits par les nazis en Pologne, y compris le plus célèbre Auschwitz.

«Il suffit  uniquement d’établir la chronologie des événements historiques pour démontrer l’absurdité mensongère de cette allégation», a, de son côté, enchaîné un autre Polonais d’origine, outré. Car, a-t-il rappelé, la Pologne fut occupée par les Allemands de 1939 à 1945. Et c’est justement au cours de cette période que les nazis ont construit plusieurs camps de concentration pour abattre des milliers de Juifs.

En clair, il est donc inconcevable qu’on utilise l’appellation «camp polonais », car cette affirmation est contraire à la réalité historique et insulte la nation martyre de cette époque,  une des plus tristes de l’histoire de l’humanité.