Les mains de la France dans la «Soudanisation» du Mali

402
Le général français François Lecointre et des militaires maliens lors de la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (RUYM Mali) de Koulikoro, le 10 avril 2013.

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Nouvel éclairage du professeur Boniface Diarra autour de la crise malienne. Dans ce nouveau papier soumis à la Rédaction de l’Agence de presse Médiamosaïque, le spécialiste montréalais met le doigt sur les origines de ce conflit qui remontent, à en croire ce dernier, au lendemain de l’indépendance de cette nation qui a vu le jour le 22 septembre 1960.

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Nouvel éclairage du professeur Boniface Diarra autour de la crise malienne. Dans ce nouveau papier soumis à la Rédaction de l’Agence de presse Médiamosaïque, le spécialiste montréalais met le doigt sur les origines de ce conflit qui remontent, à en croire ce dernier, au lendemain de l’indépendance de cette nation qui a vu le jour le 22 septembre 1960.

La France au banc des accusés dans ce plaidoyer qui constitue sa sixième intervention amplement documentée sur ce dossier. De l’avis de ce chercheur, qui a avancé moults arguments en ce sens, les Maliens ont tout intérêt à «s’unir» pour «contrer», a-t-il dit sans ambages, le «plan de destruction du Mali conçu, décidé, préparé, déclenché et poursuivi par des gouvernements français».

Car, a précisé le professeur de droit et de criminologie de l’Université de Montréal, en raison des menées subversives de l’ancienne puissance colonisatrice, l’on avance, ni plus ni moins, vers une «soudanisation» de ce pays d’Afrique de l’Ouest, limitrophe, entre autres, de la Mauritanie, de l’Algérie, du Niger, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et du Sénégal.

Pour accéder à l’article complet cliquez ici