Les immigrants refusent de se faire vacciner? Interprétation erronée, répond ACCÉSSS (Grippe H1N1)

184

Ce discours proviendrait des coulisses même du ministère québécois de la Santé, si l’on en croit Gerome Di Giovani, le No 1 d’ACCÉSSS (Alliance des Communautés Culturelles pour l’Égalité dans la Santé et les Services Sociaux) qui y apporte son bémol en dénonçant une mauvaise interprétation de la question. 

Conclusion bancale

M. Di Giovanni explique qu’il y a un distinguo à faire avant d’aboutir à une telle conclusion, telle qu’elle est propagée dans les médias. Selon lui, « ce n’est pas parce qu’ils (les immigrants) refusent de se faire vacciner, c’est parce qu’ils n’ont pas l’information».

«C’est différent, parce que les populations immigrantes n’ont pas l’information adéquate et adaptée dans leurs langues, c’est ça le problème! Et, quand on n’a pas toute l’information nécessaire, on hésite, on est réticent et c’est normal», a justifié Di Giovanni en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

Des autorités sourdes?

Le directeur général d’ACCÉSSS informe avoir pourtant pris le soin d’alerter par écrit en avril 2009 l’actuel titulaire de ce ministère en la personne d’Yves Bolduc. Une démarche similaire a été initiée en juin 2009 auprès de David Levine, le responsable de l’Agence de santé et de services sociaux de Montréal, ajoute-t-il.

Nous leur avons proposé «une stratégie d’information linguistiquement et culturellement adaptée afin de rejoindre le plus de personnes provenant des différentes communautés ethnoculturelles. Ces démarches ont été faites au début de la première vague de la pandémie; les deux instances ont décliné notre offre de collaboration», a dénoncé Gérome Di Giovanni dans un communiqué reçu à notre rédaction.

ACCÉSSS en mode action

«Grâce à un don privé, ACCÉSSS a fait traduire un feuillet informatif sur la prévention de la grippe A(H1N1) en quinze langues, comprenant le français et l’anglais. Ces langues sont l’italien, le grec, le vietnamien, l’espagnol, l’arabe, le chinois (mandarin et cantonais – pareils à l’écrit), l’urdu, le punjabi, le tamil, le russe, le portugais, le farsi (perse ou dari) et le créole haïtien», a-t-il révélé.

L’information se rapportant à cette traduction a été distribuée à près de 5000 intervenants du réseau de la santé et communautaire et est disponible sur le site web du regroupement, à savoir le www.accesss.net, visité par près de 2000 personnes depuis le début de la campagne, a précisé le responsable d’ACCÉSSS.

Di Giovanni dit déplorer « le fait que suite au refus de notre offre de collaboration, l’Agence de santé et des services sociaux soit interloquée par la faible participation des membres des communautés ethnoculturelles à la présente campagne de vaccination. Nous réitérons au ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi qu’à l’Agence de santé et de services sociaux de Montréal notre offre de collaboration dans ce dossier».