Les Afro-Québécois terriblement secoués par la douleur des Haïtiens

138

À l’instar des autres communautés culturelles du Québec, les Africains d’origine ont tenu à manifester leur compassion envers le peuple haïtien à Montréal à la Maison de l’Afrique* à travers une activité baptisée à point-nommé «soirée de solidarité Africaine-Haïtienne».

Soirée de solidarité africaine-haïtienne (en IMAGES)

Près de six heures de show!

Une mosaïque d’artistes, de poètes, de slammeurs, de musiciennes au cœur et à la voix d’or, entre autres, la chanteuse d’origine haïtienne, Loa Annick Simeon, Karim le Tunisien, la Congolaise Alby de Bara, le poète et conseiller municipal de St-Michel, Frantz Benjamin, ont mis leur art à contribution pour témoigner leur solidarité avec l’île d’Haïti durement éprouvée le 12 janvier dernier.

Idem pour les prestations de l’artiste Numa (Prononcez Nouma!) d’origine malgache avec sa chanson intitulée «Kafrine», du groupe «Mayé» avec ses fameux percussionnistes issus de l’Île Maurice, de la poétesse marocaine, Sofia Benyahia, qui a déclamé «Du temps qui reste» de Jean-Loup Dabadie, de Senaya avec sa guitare, etc, qui ont également ponctué la soirée animée par la charmante Afro-canadienne, polyglotte et duralienne, Khady Beye.

En plus des savoureux beignets ou «bong bong» sénégalais offerts par «Afrique Foutah Vision»,  on a assisté à un cocktail musical des plus hétéroclite, le tout sous la direction artistique de la Sénégalo-guadeloupéenne Senaya, elle-même co-organisatrice de l’événement, avait noté sur place une équipe de  l’Agence de presse «Média Mosaïque».

On a vu  ainsi des marmailles danser pour la première fois sur du Maloya* du groupe Mayé. Cette troupe originaire de l’Océan Indien part à la conquête du «Sily d’Or» au Club Balattou, le 31 mars prochain. Cette activité a également permis d’honorer en même temps le travail et l’engagement de l’Haïtienne Jacqueline E. Kavanaght. Incroyable, mais c’est près de 6 heures de show dont les retombées (1 500 dollars amassés sur place) ont été confiées à l’organisme Oxfam-Québec.
 

 

Trio proactif pour Haïti

L’initiative du 26 février dernier porte en effet l’estampille d’un trio pro-actif  réunissant les organismes «Femmes africaines Horizon 2015 (FAH 2015) de la sociologue primée Dre Aoua Bocar Ly-Tall, «Vues sur Scènes» de Sénaya (Auteure-compositrice et interprète) et le Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (REPAF) de Komlan Messie.

Près d’une centaine de personnes ont répondu à cette activité qui aurait pu être «plus spectaculaire en termes d’assistance », ont fait valoir les organisateurs qui ont évoqué le peu de temps (48h) dont ils disposaient pour planifier l’événement conjointement avec la responsable de la Maison de l’Afrique-Mandingo, Mariam Sy Diawara. À noter que la levée de fonds n’est pas terminée. La même démarche vient d’être lancée auprès des entreprises et hommes d’affaires de la communauté africaine, avions-nous appris.

 

Interprétations du geste

Le député de Viau, Emmanuel Dubourg, qui sur demande expresse du premier-ministre Jean Charest pilote la cellule de crise pour coordonner les efforts du Québec au profit du Québec et de la communauté haïtienne vers Haïti, avait fait acte de présence à cette activité.

Au micro de «Média Mosaïque», le parlementaire d’origine haïtienne s’est dit personnellement touché par le geste posé par les Africains et par tout le continent noir qui, en dépit des difficultés que l’on connaît, n’a pas oublié sa fille aînée, en l’occurrence Haïti, la première république noire de l’humanité.

La présidente  du Conseil des relations interculturelles (CRI), Patricia Rimok, Juive d’origine marocaine, figurait également parmi les convives. Mme Rimok nous a affirmé en entrevue que «cette soirée fournit la preuve que les Afro-Montréalais, qui sont tous aussi des Québécois, éprouvent le même sentiment par rapport à Haïti.»

«C’est la même attitude dans les communautés juive, chinoise, italienne, arabe, etc. Tous les Québécois, peu importe leurs origines ou nationalités,  sont avec Haïti. Tout le monde veut faire sa part et se montrer solidaire de la communauté haïtienne», a affirmé Patricia Rimok.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

*Maison de l’Afrique-Mandingo : centre situé au 6256 rue Henri Julien (Montréal) pour accueillir tous les événements de la communauté africaine.
*Maloya: danse, chant, musique traditionnelle réunionnaise

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Hubert Molaire (à droite, la présidente de la Maison de l’Afrique, Mariam Sy Diawara, tandis qu’à gauche, la présidente de l’organisme «Femmes africaines Horizon 2015 (FAH 2015)  Dre Aoua B. LY-TALL )